Partagez|

Fin de chapitre (Elana & Théodore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : PM J'ai débarqué le : 18/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 895 messages et j'ai un total de : 99 points. J'ai choisi : Leo de VIXX

모이라 - 엘라나 - - - - - -
Moïra - Elana - - - - - -

Coucou moi c'est : Teddy Actuellement, je suis : dans une situation émotionnelle peu confortable et j'ai une préférence : pour les femmes J'ai trouvé un job, je suis : violoniste au Walt Disney concert hall.
JOURNAL : https://www.youtube.com/watch?v=55I7BIcysFQ



MessageSujet: Fin de chapitre (Elana & Théodore) Mar 24 Juil 2018 - 1:05


@Elana Lewis

   Une douce après-midi d'été dans la ville de Los Angeles, la température, déjà à haut niveau en temps normal, avoisinait les quarante degrés. Même si l'atmosphère était sèche et permettait de gérer la chaleur plutôt bien, la plupart des habitants de l'état de Californie n'arrivaient pas à supporter cette montée de canicule, et préféraient rester le plus possible à l'ombre, ou même à l'intérieur. Seuls les touristes, ne voulant perdre aucune miette de la folle vie dans le royaume de la célébrités arboraient les rues avec détermination. Les rues semblaient beaucoup plus désertes, ou la vie beaucoup plus calme. Mais cela ne pouvait être qu'une illusion. Une image fortement influencée par l'état d'esprit dans lequel cet homme se trouvait.
    Seul, appuyé contre la rambarde de son balcon, les bras ballants au dessus du vide, un personnage contemplait le parking de son bâtiment. Depuis quelques jours, une personne aux excès de colère apparemment incontrôlables jonchait le parking de certaines affaires personnelles. Cela avait commencé par un simple livre, atterrissant directement entre deux voitures, exposant ses pages de prose délicate au premier coup d’œil. Et régulièrement, presque quotidiennement, la collection se complétait, par d'autres livres, divers carnets de gribouillages ou de notes dans un langage pas vraiment compréhensible aux yeux indiscrets. Mais la pièce maîtresse de la collection résidait peut être dans un magnifique violon en acajou, reposant aux pieds d'un buisson, et dont une fine partie de bois y était restée détachée. Jeter de l'argent par les fenêtres, en voilà une belle illustration.
    Mais que s'était-il vraiment passé? Cet homme, qui avait pendant quelques jours donné l'illusion de se reprendre en main, semblait en être à l'opposé, montrant clairement qu'il n'était pas si parfaitement présentable. Pas du tout, même. Non. Mentalement, il était tiraillé et torturé comme il ne l'avait jamais été. Il souffrait en même temps d'un coeur brisé, d'une défaite cuisante, d'une humiliation et d'une frustration aussi grande que son compte au banque. Mais ce n'était pas tout, il était aussi au centre d'un débat professionnel, qui le laissait perplexe. Et il avait perdu sa meilleure amie, celle qui aurait pu le conseiller, le rassurer ou simplement l'écouter. Et cette perte n'était que de sa faute. Pour finir, il devait aussi gérer des sentiments bien complexes à l'égard d'une certaine personne. Toujours, il avait eu une relation étrange et paradoxale avec cette fameuse blonde, mais un drôle de sentiment l'habitait. Il savait que quelque chose s'était passé lors de leur dernière soirée. Quelques éclairs de mémoire lui revenaient de temps en temps, et il était certains que d'autres sentiments étaient nés en lui, il essayait encore de les analyser. Mais c'était surtout un petit toc, une intuition qu'il oubliait quelque chose de grave, un événement qui aurait pu changer beaucoup de choses, mais aucun souvenir. Juste celui de son canapé accueillant à bras ouverts son mal de tête du lendemain.
     Pitoyable, en tous cas, c'était l'adjectif qu'on pouvait utiliser pour qualifier le fameux homme, penché à son balcon. Il avait passé ses dernières journées à tout faire pour tenter de se distraire. Toujours, il prenait l'air à lire un livre pour s'échapper le temps de quelques chapitres. Mais à chaque fois, ses sentiments qu'il n'arrivait pas à cacher au fond de lui comme à sa générale habitude prenaient le dessus, et les livres finissaient par former cette drôle d'installation artistique sur le parking. Aujourd'hui était peut être le pire de sa forme, c'était carrément son instrument de musique qu'il avait balancé, après avoir constaté que sa tristesse inspirationnelle ne parvenait même pas à l'aider à composer.
    Le musicien n'était pas réellement triste de s'être pris un râteau, en fait, il était surtout énervé. En colère contre lui même de toujours tout faire pour plaire et être parfait, mais que rien n'en ressorte. Enragé de se tuer tous les jours dans un personnage sans faute qui n'arrivait pas à la hauteur. A quoi cela servait-il d'être cet homme parfait, s'il ne laissait pas de réelle impression? Car cela avait été là, la conclusion de l'affaire Kiara. Il était trop gentil, trop poli, peut être trop doué, et en échange, il était totalement plat. Vide d'émotion, sur son visage, comme dans les cœurs de ses interlocuteurs. Et c'était ça le plus rageant, parce que c'était montrer que ses parents avaient raison, que lui-même n'était pas assez bien, qu'il devait encore s'améliorer pour effacer encore le peu de traces de lui même qui étaient restées au grès de ses conversations avec sa meilleure amie. Sans doute son ancienne meilleure amie.
    Les yeux totalement sombres de l'homme retracèrent le fil de sa perte de contrôle. Du premier livre jusqu'au violon, en passant par ses carnets de note. Si quiconque retraçait le même voyage, ils finiraient par lever la tête sur ce fameux balcon. Et là, y trouver une silhouette fine, toute de noir. Un simple pantalon habillait de longues jambes, et gardait à l'intérieur d'eux, une chemise rentrée et boutonnée seulement jusqu'au nombril. Un collier en argent pendait habilement entre deux pectoraux discrètement dessinés, et plus haut, il y avait un visage bouffi, avec une ridule au milieu des sourcils, attestant que ceux-ci étaient restés froncés depuis un long moment. Pourtant, de loin, cette chevelure à mi chemin entre un blond platine et un argent nocturnal bluffait d'un certain dynamisme, un  point de vue renouvelé sur la vie.
    Il se faisait tard, enfin pas réellement, les coups de cloches approchaient des quatre heures de l'après-midi, mais l'homme s'était déjà bien trop exposé au four extérieur, et il valait mieux qu'il rentre dans son appartement pour ne pas risquer l'insolation. Ou alors c'était simplement une excuse parce qu'il avait aperçu du mouvement sur le parking, et il ne voulait pas qu'on le voit. Il ne voulait pas qu'on retrace la misère de ses pensées par un simple regard. L'homme remit son dos correctement pour s'éloigner de son bien triste balcon, et se retourna sans hésitation, pour franchir en sens inverse, une de ses grandes baies vitrées et se cacher du monde extérieur, comme il avait fait depuis cette fameuse escale à l'aéroport.

   Cet homme, Théodore, ou Taedong. Dans ce genre d'explosion sentimentale, ils se confondaient aisément.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : Jeanne. J'ai débarqué le : 27/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 993 messages et j'ai un total de : 105 points. J'ai choisi : Lili Reinhart comme célébrité et je dois mon avatar à : Google la base rpz. J’interprète également : Swann la douce

Venez me demander des liens ici!

Coucou moi c'est : Elana. Actuellement, je suis : célibataire. et j'ai une préférence : bisexuelle. Je suis étudiant(e) et je me suis orienté(e) vers : le journalisme. J'ai trouvé un job, je suis : photographe dans de petites agences.
JOURNAL :



MessageSujet: Re: Fin de chapitre (Elana & Théodore) Mer 25 Juil 2018 - 18:53


Fin de chapitre

Elana & @Théodore Kang




Les cours. Voilà autour de quoi tournait le triste quotidien d'Elana Lewis. En même temps, elle n'avait pas vraiment grand-chose d'autre pour lui occuper l'esprit. Non, la semaine s'était écoulée d'une manière pitoyablement banale, et le seul évènement tristement notable était sans doute le fait qu'elle doive se racheter aux yeux de Fiona d'une manière ou d'une autre: cette gourde ayant réussi à obtenir une photo avec Will Smith était LA fille à suivre. Alors, à coup de chocolats chauds, de sourires faux et d'excuses légères, la blonde n'avait d'autres choix que de refaire de la rousse un de ses contacts hors fac.

D'ailleurs, actuellement la jeune femme revenait d'une entrevue avec cette chère amie, où elle avait du lui promettre de la laisser dormir chez elle dans un futur proche... Cette perspective ne l'enchantait guère, surtout en sachant pourquoi cette demande était si importante. Là où une cherchait la renommée et le porte-monnaie, l'autre avait flairé un certain musicien qu'elle ne voulait pas laisser passer. Au moins, bien que ce ne soit pas dit, les choses étaient claires: toutes deux dans cette "amitié" ne faisait qu'être vilement utilisées.

Lui envoyant des sms pour reculer au maximum la date fatidique, la chaleur l'a fait finalement céder pour mercredi prochain, n'ayant guère envie de se forcer à davantage penser. Rangeant son portable et accélérant la cadence, elle a objectivement hâte de rentrer. Sa longue robe claire est heureusement dans un tissu très léger, mais ça ne l'empêche pas de rêver d'une glace au chocolat blanc dans son appartement où elle compte bien faire marcher cette insupportable ventilateur. Arrivant sur le parking, ses pieds l'emmènent directement vers un coin bien particulier: un des locataires doit être en plein déménagement, car toujours se trouve quelques bouquins à prendre. Pas qu'elle les lise vraiment, mais qui sait quand elle aura plus de temps Elana trouvera peut-être en eux des tournures de phrases intéressantes. Pour le moment ils remplissent sa bibliothèque bien trop vide de livres et remplies d'objets bien trop étranges ramassés au fil de ses soirées. De plus, cette activité de ramassage occupe bien son esprit à tout porter jusqu'à chez elle, l'empêchant de regarder trop attentivement le hall d'entrée, les escaliers ou un certain couloir. Ou même d'y traîner. Trop longtemps. Bien trop longtemps. Et éviter des moments gênants avec l'une des voisines un peu trop fouineuse qui la fixe dans cette lancinante attente.

Attente de quoi? Rien de spécial. Le début de l'été n'est-il pas fait justement pour ressentir paisiblement le début de la procrastination, des ballades sans but et des rencontres inattendues? Pas qu'elle attende de rencontrer quelqu'un, pas du tout. D'ailleurs aujourd'hui comme hier elle ne compte pas s'attarder: elle en a bien compris l'inutilité.

Sauf qu'aujourd'hui, ce ne sont pas des écrits qu'elle trouve, mais un autre abandonné qui requiert toute son attention. Simplement parce qu'Elena connaît bien cet objet abîmé, alors que sa main se pose sur le bois pour attraper le violon. Violon ne peut-être qu'égal à ce dont elle n'a pas envie de songer mais que l'univers semble perpétuellement à coup de d'indices lui foutre sous le nez. Les options défilent dans son esprit alors que ses sourcils froncés se dirigent vers l'étage où Théodore vit. Alors celui qui déménage était donc le musicien? Ou bien, depuis le début elle avait raison et l'asiatique était en réalité un alien se préparant à retourner sur sa planète. Sinon, le pauvre aurait pu être victime d'un cambriolage, ce qui pourrait expliquer le silence radio. Ce serait une très bonne excuse même, en y songeant la jeune femme regrettait presque de ne pas avoir pris son courage à deux mains en faisant le premier pas. Mais après le sac de tacos accroché à sa poignée, elle n'avait pas voulu pas paraître insistante. Tous les voisins faisaient ce genre de cadeaux de toute manière, rien de bien gênant.

Il ne lui restait plus qu'à savoir quoi faire de toutes ses informations incertaines ne permettant pas de terminer le puzzle de complexité. Heureusement qu'elle pouvait toujours compter sur sa curiosité mal placée comme un justificatif de son attitude. Ou en somme, le coup de pouce recherché depuis cette soirée... c'est ainsi qu'accompagnée de l'instrument elle se retrouva à presser la sonnette de Mr. Kang.

-"Je crois que t'as fait tomber ça."

Un sourire gêné aux lèvres, elle avait parlé pendant le mouvement de porte. Pas une seconde lui avait traversé l'hypothèse que l'acte avait pu être délibéré. Pas après avoir vu le concert, pas après avoir vu les deux au mur accrochés. Taedong n'était pas du genre à faire ça, non. Not her gloomy guy.

_________________
Souvent je mens pour faire croire à mon dedans qu'il vit démesurément et qu'il peut même plaire à plein temps.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : PM J'ai débarqué le : 18/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 895 messages et j'ai un total de : 99 points. J'ai choisi : Leo de VIXX

모이라 - 엘라나 - - - - - -
Moïra - Elana - - - - - -

Coucou moi c'est : Teddy Actuellement, je suis : dans une situation émotionnelle peu confortable et j'ai une préférence : pour les femmes J'ai trouvé un job, je suis : violoniste au Walt Disney concert hall.
JOURNAL : https://www.youtube.com/watch?v=55I7BIcysFQ



MessageSujet: Re: Fin de chapitre (Elana & Théodore) Mer 25 Juil 2018 - 20:31


   La porte s'ouvrait doucement, mais avec une certaine fermeté, pour laisser place à cette longue silhouette. Raide, sombre, et bien qu'un look presque élégamment négligé y était en affiche, la silhouette émanait une aura de tristesse, et de colère en même temps. Les cheveux d'un blond argenté finalement séparés par une esquisse de raie sur le côté, mettaient en valeur un visage complètement fermé, bouffi et blasé par la vie. Un visage illustré d'un regard irrité, regardant son interlocuteur avec médisance.

    Son calme avait été perturbé. Depuis plusieurs jours, Théodore restait tapi chez lui, se protégeant du chaud, de son travail, de ses amis, simplement de sa vie. Ou alors peut être que c'était l'inverse? Peut être qu'en restant chez lui, c'était son travail qu'il protégeait, tout autant que ses amis. Il n'était pas dans un bon état d'esprit, évidemment. Ses sentiments jonglaient sans cesse en paradoxe, et il n'avait jamais réellement appris à pouvoir gérer ses émotions. Son coeur était brisé, en mille morceaux par un sentiment de défaite, de défaite évidente depuis des mois. Mais en même temps, il ressentait quelque chose d'autre au fond de lui. Comme si, son mal de cœur n'était pas si important que ça. Comme s'il avait déjà commencé à se reconstruire avant de s'être brisé. Mais ce sentiment là était également en train de se désintégrer. Parce que le musicien restait chez lui, là où l'inspiration ne venait pas, où les souvenirs le poussaient à bout, et où sa famille, la hantise le voûtant depuis le début ne était la seule à établir un contact avec lui. Et Teddy essayait de résister, il essayait de ne pas voir ses parents, de ne rien leur dire, mais il ne pouvait pas. Parce que malgré tout ses efforts, il restait à leur merci. Il restait faible, comme au final, il l'avait toujours été. Parce qu'il l'était, là, à ne pas savoir comment remettre sa prétendue vie en place.

    Au fond de lui, pourtant, le violoniste était content de voir Elana. Comme il avait été touché de voir un sachet de nourriture à emporter accroché à sa porte. C'était le lendemain de la fameuse soirée, un mal de tête terriblement tonitruant restait bloqué dans son front et il avait dû faire plusieurs siestes pour s'en remettre. Jour où il avait dû laisser les tacos dans le frigo, car jour où il avait rendez-vous chez le coiffeur et devait aller chercher Kiara à l'aéroport; et déjà qu'il n'avait pas le temps, les manger ce jour là, en plus, semblait bizarre, sonnait comme une trahison. Au final, en rentrant chez lui, après sa confession, Teddy n'avait rien mangé. Et depuis, toucher à ces tacos semblait indigne. Parce que Théodore le savait, il avait été ridicule, à ne pas aller remercier sa voisine, à ne pas l'inviter à les partager avec lui, à ne pas lui montrer la nouvelle coupe de cheveux. Parce qu'il était faible, et qu'il ne voulait pas se montrer dans cet état devant elle. Parce qu'il était faible, et qu'il savait qu'elle lui en voudrait de ne pas lui avoir reparlé, renforçant sa timidité et sa peur d'aller la voir.

   Pourtant elle était là, à sa porte, tenant le violon qu'il avait jeté un peu plus tôt dans la journée. Celui qui créait maintenant un espace vide sur son mur. Et malgré tout le soulagement qu'il ressentait en la voyant là, en se rassurant qu'elle ne le détestait pas -encore-. Malgré l'espoir qu'il portait en elle, malgré le sentiment qu'au moins, avec elle, il pourrait ne pas avoir à faire semblant qu'il allait bien. Malgré qu'elle était parfaitement en beauté, malgré son mignon sourire. Malgré le sentiment que quelque chose s'était passé entre eux, quelque chose à creuser, un souvenir qui essayait de remonter à la surface de sa mémoire. Malgré tout cela, Théodore gardait son air mesquin au visage, regardant la blonde de haut. "Je sais, je l'ai vu se casser quand je l'ai jeté." Il répondit, d'un ton en effet condescendant, quelques secondes après qu'elle ait brisé le silence de plusieurs jours entre eux.
 
    Pourquoi cela avait été la seule chose qui avait pu sortir de ses lèvres, alors qu'il y avait tellement d'autres mots qu'il voulait avouer, dont il voulait se décharger; des cris à l'aide, des déclarations personnelles. Et pourquoi, il était là, à la regarder de haut en bas, s'attardant sur le violon précieusement recueilli, et à se retourner pour revenir au centre de son appartement, sans adresser un seul regard de plus, sans même fermer sa porte? Sa colère, sa tristesse et son dégoût pour lui même prenait le devant de ses réelles intentions. Lui empêchait de serrer la jeune fille dans ses bras comme si sa santé mentale en dépendait. Parce qu'elle en dépendait. C'était la barrière de Théodore qui empêchait Taedong de se révéler, comme depuis le début de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : Jeanne. J'ai débarqué le : 27/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 993 messages et j'ai un total de : 105 points. J'ai choisi : Lili Reinhart comme célébrité et je dois mon avatar à : Google la base rpz. J’interprète également : Swann la douce

Venez me demander des liens ici!

Coucou moi c'est : Elana. Actuellement, je suis : célibataire. et j'ai une préférence : bisexuelle. Je suis étudiant(e) et je me suis orienté(e) vers : le journalisme. J'ai trouvé un job, je suis : photographe dans de petites agences.
JOURNAL :



MessageSujet: Re: Fin de chapitre (Elana & Théodore) Mer 25 Juil 2018 - 22:20


Fin de chapitre

Elana & @Théodore Kang




Comme une fleur mise à l'ombre, son sourire se fane lentement en voyant qui lui ouvre la porte. Les cheveux sont bien entendu la première chose qui attirent le regard, alors qu'un front dégagé s'offre à la vue de tous. La couleur foncée à aussi disparu pour laisser place à une teinte plus claire, plus vive. Mais ça ne va pas. Non rien ne va. Du moins, ce qui l'obsède c'est le regard qu'il lui envoie.

A croire que le garçon s'est changé en l'impression qu'elle pouvait autrefois avoir de lui. L'aura qu'il dégage est définitivement triste, tout en inspirant... une certaine crainte? Elana ne saurait pas dire en le regardant, ses sourcils se fronçant peu à peu. Elle sent qu'elle ne devrait pas être là, qu'il ne veut pas qu'elle soit là. Forcément, c'est difficile à encaisser. Presque douloureux d'être ainsi reçue chez celui chez qui elle aurait toujours cru ne jamais être la malvenue. Utopiste peut-être. Mais en le regardant ainsi, du peu qu'elle connaît de lui la jeune femme à l'impression que dans ce silence lourd, ce n'est pas réellement Théodore qui a ouvert la porte. Ni Teddy ou Taedong. Et encore moins l'attachant gloomy guy.

Le pire restant sans doute au delà de la colère et la peine, ce mépris dans ses yeux. Comme si la blonde ne valait rien, comme si ce n'était qu'une voisine agaçante venant lui demander occasionnellement de la farine. Rabaissant. Etait-ce à cause de l'autre soir? Du baisé? Ou de la promesse. Etrangement l'appréhension nouait sa gorge sans qu'elle ne parvienne à demander. Une journaliste qui n'arrive pas à poser de questions, on touche le fond.

-"Je sais, je l'ai vu se casser quand je l'ai jeté."

Le ton condescendant ne put que la faire tiquer, bien entendu. Son expression ne cachait rien de son incompréhension, et maintenant d'un début d'agacement. Sa main serra un peu plus le fragile instrument, comme pour se raccrocher à ce qui était sans doute déjà trop brisé.

-"Comment ça? Pourquoi tu aurais fait ça?"

Peut-être ne voulait-elle pas accepter qu'il ai pu faire ça, parce qu'elle ne le comprenait pas. Elle qui depuis un certain avait cherché désespérément à le comprendre. Avait cru réellement établir une connexion avec cet étrange garçon. Au delà d'une embrassade, au delà de leurs mots. Mais apparemment ça ne pouvait pas dépasser les maux. Retour à la case départ, ou pire. Même quand elle était venu le provoquer, plus sympathique il s'était montré.

Sauf que déjà il tournait les talons, comme si personne n'était venu, comme si elle n'était rien. Rien, rien du tout. Hors, la jeune femme ne connaissait pas de pire sensation que celle-ci. Après une seconde de réalisation que cette "non discussion" était vraiment en train de se passer, la blonde décida de pas ne se laisser faire, comme quiconque connaissant un minimum son sale caractère aurait pu le prévoir. Entrant dans le salon, toujours le violon dans une main sans avoir aucune idée de quoi en faire à part le lui jeter au visage, elle décida de ne pas le lâcher. Pas encore. Elle voulait croire qu'ils pouvaient s'expliquer, tenter comme toujours de comprendre ce qui chez l'autre pouvait être inexplicable habituellement. Quitte à lui dire pourquoi les mensonges sont son armure de prince charmant. Quitte à redire à la princesse son attachement. Quitte à tout casser avec lui dans l'appartement. Quitte à se dire au revoir, ici et maintenant.

-"Tu pourrais me répondre. Qu'est ce qui t'arrive ce soir? Tu te comporte comme un sacré connard. Et c'est pas tellement ton genre, alors explique toi."

Son regard se pose sur finalement ce qui l'entoure, à part l'être vivant à la ramasse. L'endroit à changé, subtilement certes, mais l'ambiance est particulièrement différente. Voyant certains cadres renversés, elle comprend finalement: la plage. L'appel. La mère. L'homme a du se disputer avec ses parents, causant chez lui ce désordre ambiant -sans parler uniquement de l'appartement. La colère d'Elana redescend d'un cran, mais étant montée de 15 auparavant, cette réflexion seule ne va certainement pas calmer ses ardeurs.

-"C'est à cause de ta maman? Je suis désolée si elle m'a vu pendant l'appel la dernière fois, mais je ne pense pas que ce soit une raison suffisante pour agir comme ça avec moi."
.

Manière subtile de commencer à aborder la soirée. Ou pas.

_________________
Souvent je mens pour faire croire à mon dedans qu'il vit démesurément et qu'il peut même plaire à plein temps.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : PM J'ai débarqué le : 18/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 895 messages et j'ai un total de : 99 points. J'ai choisi : Leo de VIXX

모이라 - 엘라나 - - - - - -
Moïra - Elana - - - - - -

Coucou moi c'est : Teddy Actuellement, je suis : dans une situation émotionnelle peu confortable et j'ai une préférence : pour les femmes J'ai trouvé un job, je suis : violoniste au Walt Disney concert hall.
JOURNAL : https://www.youtube.com/watch?v=55I7BIcysFQ



MessageSujet: Re: Fin de chapitre (Elana & Théodore) Mer 25 Juil 2018 - 23:20


    Cet appartement, protection contre la chaleur, refuge contre les autres, abri contre lui-même. Il était vrai, ne ressemblait plus tellement à l'espace que Théodore s'était créé. Rien n'était drastiquement différent, pourtant, il semblait qu'une partie de l'âme du lieu n'y était plus. Quelques petits détails justifiaient de ce changement d'état; les cadres photos étaient tous rabaissés sur eux-même, et ne faisaient que renforcer le vide dans les étagères causé par les livres qui étaient allés voyager au delà de la rambarde de son balcon. Outre les bibliothèques, on pouvait ressentir que l'atmosphère était figée, comme une vaine tentative pour garder sa vie comme elle l'avait précédemment été. Les couverts dans le lavabo, les chaussures près de la porte, les vestes traînant sur le canapé, les télécommandes bizarrement en travers sur la table basse. C'était comme si Théodore avait vécu là, sans réellement vivre. Réellement, cela faisait pitié, tout simplement parce qu'il faisait pitié, parce qu'il se faisait pitié. Depuis quand se laissait-il avoir par ses relations humaines défectueuses? Si on y pensait bien, la réponse était depuis le début de sa vie.

    Un pas devant l'autre, Théodore marchait avec les sourcils froncés, un air malsain au visage. S'il gardait cette apparence trop dure, alors les preuves de ses minutes à pleurer depuis les derniers jours seraient forcément dissimulées. Eviter le regard, maltraiter, c'était une bonne technique pour cacher son visage habituellement si purement blanc, maintenant détruit par un festival de sentiments douloureux. Le musicien avait ignoré la question de sa voisine délibérément. Comment lui expliquer? Cela avait toujours été un problème entre eux, s'expliquer pour mieux se comprendre. Ce n'était pas comme ça qu'ils agissaient. Eux, ils assouvissaient leurs curiosités personnelles en ne repoussant que les limites de leur naturel artificiel. Si Elana voulait des réponses, alors elle allait devoir se battre pour les obtenir, littéralement. Parce que Teddy se battait encore avec lui même pour essayer de comprendre tout ce qu'il ressentait. Pour essayer de se souvenir d'éléments qui pouvaient aider.

    Des pas longs et lents, et Théodore se retrouvait à longer ses étagères. La main légèrement levée, il caressait du bout des doigts la couverture des livres qui n'attendaient qu'à être jetés, et au hasard, il en attrapa un, qu'il sortit de son rangement. Et en l'espace de quelques secondes, le violoniste était assis dans un de ses fauteuils, à lire sans vraiment se concentrer la première page du fameux roman d'un anglais pas si complexe, un énième roman avec lequel il s'entraînait à lire l'anglais. Mais toujours, il prétendait que la présence d'Elana ne lui faisait ni-chaud, ni-froid, pire encore, il agissait même comme si ça lui déplaisait de la voir. Pourtant c'était tout le contraire. Une partie de lui voulait lâcher ce qu'il faisait, et se jeter dans ses bras, enfouir sa tête dans son épaule et pouvoir lui lâcher ce qu'il avait sur le cœur. Il voulait s'excuser, lui dire qu'il n'allait pas bien. Il voulait lui montrer qu'elle s'apprêtait à rejoindre son étagère, que la photo qu'il avait secrètement pris d'elle avait été imprimée et était à l'étage sur son bureau, juste qu'il ne l'avait pas encadrée. Mais si son dernier voyage à l'aéroport lui avait appris une leçon, c'était qu'aucune partie naturelle au fond de lui ne devait ressortir. Essayer de satisfaire ses propres désirs ne lui apporterait rien, il fallait juste qu'il se contente de mener une vie à succès qui pourrait louer son nom d'éloges.

    Après avoir lu quelques pages, le nouveau-blond accepta quand même de lever la tête vers sa voisine, simplement parce qu'elle avait parlé de nouveau. Elle avait l'air énervée, ou alors juste vexée. Pouvait-on y lire un peu d'inquiétude? Ce serait impossible. Pourquoi serait-elle inquiète pour lui? Elle venait de le dire, c'était un connard. Et puis, de toutes façons, il était vide d'intérêt, n'est ce pas?La pensée récurrente vint encore le frapper avec une force d'une rage intense. Teddy n'avait aucun intérêt.

    Le musicien se leva violemment, près à jeter le livre qu'il avait dans la main une nouvelle fois, preuve que ses sentiments étaient trop forts pour être maintenus à l'intérieur de son masque d'insensibilité. Et la question d'Elana ne fit rien pour apaiser les choses. Pourquoi sa mère? Pourquoi aurait-elle un rapport dans cette histoire? Pourquoi même Elana serait au courant que sa mère lui avait créé des problèmes? "Cela n'a rien à voir avec ma mère." Il insista lourdement. Quoique, un peu. Si Teddy était aussi dérangé, c'était bien à cause d'elle. Mais s'il avait de la peine, cette soirée là, ce n'était pas à cause d'elle directement. "J'ai besoin d'une raison pour être énervé, peut-être?" Le regard encore plus noir que précédemment, Théodore serrait le livre entre ses doigts trop fortement, son bras tremblant sous l'envie de le balancer quelque part, de casser quelque chose, de tenter encore une fois de faire passer sa rage.

    "Et puis de toutes façons, qu'est ce que ça peut te faire?" Teddy balança le livre violemment contre le sol, puis marcha dessus alors que de nouvelles enjambées le rapprochaient de la vraie blonde. "Ne tente même pas de me dire que je t'ai manqué ou inquiêté." Il la menaça presque, maintenant à une dizaine de centimètres d'elle seulement. "Je n'ai jamais été fréquentable. Je suis ton gloomy guy, non? Pourquoi ça t'étonne?" Il lui demanda méchamment, même si au fond, c'était un cri à l'aide. Il avait besoin d'elle pour qu'elle le sorte de l'état répétitif de rage et de tristesse dans lequel il était entré. Mais en serait-elle seulement capable, même, compendrait-elle que quelque chose était arrivé qui avait retranché Théodore sur des positions qu'ils connaissaient tous les deux très bien? Elana en avait le potentiel et la capacité, en tous cas, et secrètement, intérieurement, Taedong se reposait sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : Jeanne. J'ai débarqué le : 27/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 993 messages et j'ai un total de : 105 points. J'ai choisi : Lili Reinhart comme célébrité et je dois mon avatar à : Google la base rpz. J’interprète également : Swann la douce

Venez me demander des liens ici!

Coucou moi c'est : Elana. Actuellement, je suis : célibataire. et j'ai une préférence : bisexuelle. Je suis étudiant(e) et je me suis orienté(e) vers : le journalisme. J'ai trouvé un job, je suis : photographe dans de petites agences.
JOURNAL :



MessageSujet: Re: Fin de chapitre (Elana & Théodore) Jeu 26 Juil 2018 - 0:14


Fin de chapitre

Elana & @Théodore Kang



Connard hein. Les mots étaient venus d'eux mêmes, les ramenant à cette dispute lors du premier concert. C'était donc la bagarre qu'il voulait? Qu'il se méfie, en plus d'armures Elana avait des armes. Savoir taper là où c'est si douloureux, comme on lui a si souvent fait. Pas qu'elle compte le lui faire à lui. Parce qu'au delà de cette haine emplissant la pièce comme un nuage de fumée, la pluie de larmes ne semblent pas si loin.

-"Cela n'a rien à voir avec ma mère."

-"Alors avec quoi?"

-"J'ai besoin d'une raison pour être énervé, peut-être? Et puis de toutes façons, qu'est ce que ça peut te faire?"

En le voyant balancer le livre sur le sol, Elana ne bouge pas d'un cil. Elle ne sait que trop bien que dans son genre de situation il vaut mieux être le plus discrète possible, attendre que la tempête passe. Son père lançait plutôt des vases lui, avant que sa mère lui somme de se calmer en soupirant devant l'enfant. L'enfant qu'elle était, avant de laisser cette fragilité. Non, pas question qu'on lui marche sur les pieds. Ces doigts se serrent encore un peu plus.

Pourtant quand il s'avance, elle recule. S'approcher, mais pas pour se rapprocher. S'éloigner, mais pas pour s'enfuir. Non, la seule chose qui l'effraie est la peur que ce qui existait finisse par se détruire.

-"Ne tente même pas de me dire que je t'ai manqué ou inquiêté. Je n'ai jamais été fréquentable. Je suis ton gloomy guy, non? Pourquoi ça t'étonne?"

-"Et sinon quoi Teddy? Sinon quoi?"

Sur le même ton, la blonde le foudroie à son tour du regard. Les menaces maintenant? Elle regrette d'être venue. Peut-être que ça se lit sur son visage. Elle s'en fout. Oui, elle aimerait bien se foutre de tout tiens. Au moins autant que lui semble le prétendre.

-"Putain, évidemment que je m'inquiète. Qui ne le ferait pas?! Tu t'es regardé? On dirait que tu veux briser tout ce qu'il y autour de toi, des objets aux gens. Ton violon. Ton violon Taedong, non mais tu te rends compte que quand je suis venue la première fois si j'avais fait tombé un bout de salade dessus tu m'aurais arraché les yeux, et maintenant tu...  tu veux me faire croire que tu l'as fait juste à cause d'un accès de colère sans fondement? Que tu me parles comme le gloomy guy que tu as toujours été?! But you know, whatever."

Sa main se pose sur l'épaule de Théodore, mais pour l'écarter de son chemin. Rejoignant l'espace où autrefois les deux instruments étaient déposés, elle dépose celui qui est manquant avant de prendre celui qui pour le moment à encore la chance d'être en bon état.

-"Tu vas le détruire lui aussi? A ce moment là, donne le moi, que je le revende histoire de me faire un peu de thunes."

Air de défi, une mèche qui se remet en place. Voilà un autre jeu qu'action et vérité, mais dans celui ci est ce que quiconque va gagner?

_________________

_________________
Souvent je mens pour faire croire à mon dedans qu'il vit démesurément et qu'il peut même plaire à plein temps.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : PM J'ai débarqué le : 18/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 895 messages et j'ai un total de : 99 points. J'ai choisi : Leo de VIXX

모이라 - 엘라나 - - - - - -
Moïra - Elana - - - - - -

Coucou moi c'est : Teddy Actuellement, je suis : dans une situation émotionnelle peu confortable et j'ai une préférence : pour les femmes J'ai trouvé un job, je suis : violoniste au Walt Disney concert hall.
JOURNAL : https://www.youtube.com/watch?v=55I7BIcysFQ



MessageSujet: Re: Fin de chapitre (Elana & Théodore) Jeu 26 Juil 2018 - 0:47


    Peu de personnes avaient vu Théodore dans un tel état, et généralement, il valait mieux l'éviter. Se bloquer quotidiennement de ses sentiments n'avait jamais que de bonnes conséquences, et cela formait des excès dans la personnalité. Se couper de tout ce qu'il pouvait ressentir avait rendu Teddy colérique. Beaucoup trop colérique. Et maintenant, il en était là, à faire peur à la seule personne qui avait approché la compréhension de sa personnalité. A balancer des menaces pour quoi exactement? Peut être parce qu'il préférait anéantir tout espoir en Elana avant que ça ne soit trop tard.

    Parce que c'était ça, aussi, peut être. Théodore avait des sentiments pour sa voisine. Quel genre? Il ne savait pas exactement, et de grosses interrogations restaient non-résolues au fond de lui depuis la dernière soirée qu'ils avaient passé ensemble. Parce que le musicien était certain qu'il s'était passé quelque chose ce soir là, que son cœur avait été satisfait d'une manière qu'il avait oubliée. Et il savait aussi, que ce sentiment ne datait pas du refus de Kiara, cela avait commencé avant. Et justement, Teddy en avait peur. Il ne voulait pas, que ce soit de l'amitié forte, une relation de confiance, ou alors peut être un autre niveau, continuer de s'attacher à sa voisine. Il ne voulait pas placer des espoirs en elle, alors qu'ils savait très bien qu'elle aussi, elle finirait par le trouver plat et sans intérêt. Parce que c'était ce qu'il était, c'était bien pour ça qu'il devait tout faire pour avoir du succès et de multiples talents; pour égayer un peu la piètre personne qu'il était.

    Au moins, quelqu'un lui tenait tête, et avoir Elana qui lui criait dessus, et qui se reculait avec un air intrigué, énervé et inquiet, le faisait redescendre légèrement; même si Théodore voulait continuer à la menacer. La menacer de s'attacher à lui, la prévenir que ce n'était pas possible. "Mais qui te dit que c'est sans fondements, hein? Tu penses me connaître? Si tu me comprenais ne serait-ce qu'un peu, tu saurais qu'il y a forcément une raison au fait que je me déteste-... Ouais, whatever, tu l'as dit." Le faux-blond, qui avait décidé en parlant en même temps que sa voisine de se justifier, avait bien compris que ça ne servait à rien. Il avait été à deux doigts de laisser des indices sur son mal-être, et ce n'était clairement plus possible.

    Il se recula instinctivement quand Elana posa une main sur ses épaules, mouvement involontaire, même en étant énervé. Mais il la regardait discrètement du coin de ses yeux énervés. Et en effet, cela l'irritait beaucoup qu'elle aille toucher ses violons, son violon. "Lâche celui-là tout de suite. Je ne le détruirai pas, c'est le premier que je me suis acheté tout seul, il est trop précieux!" Il s'énerva, parce que son regard était arrêté sur le manche du deuxième, celui qui avait été jeté, et donc cassé. Théodore se sentait totalement débile de l'avoir balancé par dessus la rambarde, surtout que c'était un électrique pour ne pas tout le temps déranger les voisins, celui qu'il avait acheté après son arrivée ici et donc sa rencontre avec Kiara. Teddy s'énervait lui même, parce qu'il détestait être énervé. Et c'était un cercle vicieux. Il avait les yeux rivés sur son violon, puis sur sa voisine, et quelque chose bouillait en lui, il avait envie d'exploser parce que deux parties en lui se battaient en duel. Mais quelque chose stoppa son débat intérieur pendant quelques secondes. La main d'Elana, remettant une mèche blonde derrière son oreille. Théodore n'avait toujours pas saisi ce que ce geste signifiait, mais il était assez conséquent pour lui faire reprendre ses esprits, ne serait-ce que pour un court instant. "Et toi alors? Tu es très énervée contre moi aussi." Il resta pensif quelques instants, prenant Elana en pitié. Il avait dû la blesser elle aussi. Forcément, elle avait l'air d'attendre quelque chose de lui, ou simplement d'assumer que leur relation était bien plus complexe qu'une simple amitié de voisinnage. "Je sais qu'il y a quelque chose dont je ne me rappelle pas. Pardonne-moi." Il murmura simplement, profitant de ce moment de calme mental pour s'excuser.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : Jeanne. J'ai débarqué le : 27/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 993 messages et j'ai un total de : 105 points. J'ai choisi : Lili Reinhart comme célébrité et je dois mon avatar à : Google la base rpz. J’interprète également : Swann la douce

Venez me demander des liens ici!

Coucou moi c'est : Elana. Actuellement, je suis : célibataire. et j'ai une préférence : bisexuelle. Je suis étudiant(e) et je me suis orienté(e) vers : le journalisme. J'ai trouvé un job, je suis : photographe dans de petites agences.
JOURNAL :



MessageSujet: Re: Fin de chapitre (Elana & Théodore) Jeu 26 Juil 2018 - 15:19


Fin de chapitre

Elana & @Théodore Kang



La sensation de ne pas être comprise par le seul être qui depuis leur rencontre avait fait l'effort d'essayer était extrêmement frustrant. Alors s'était ainsi, Théodore parlait maintenant d'elle comme d'une presque inconnue qui ferait mieux de se mêler de ses oignons. Elana ne le reconnaissait pas, et commençait à croire que réellement la connexion qu'elle avait pu ressentir n'était qu'une cruelle chimère, fruit de sa terrible imagination. La réponse était peut-être là, oui peut-être qu'elle cherchait tellement une personne apte à lire derrière les mensonges, à voir sous les masques de sourires et de luxure qu'inconsciemment elle avait fait de son voisin cette personne. Remplir ce manque par encore plus d'illusions. N'était ce donc que ça dans le fond?

-"Mais qui te dit que c'est sans fondements, hein? Tu penses me connaître? Si tu me comprenais ne serait-ce qu'un peu, tu saurais qu'il y a forcément une raison au fait que je -... Ouais, whatever, tu l'as dit."

Levant les yeux au ciel devant tant de distance et de mépris, la jeune femme ne chercha même pas à répondre en se dirigeant vers l'instrument. Voilà maintenant qu'il se moquait de ses expressions avec son doux accent en ne faisant que souligner que lui en tout cas pensait donc qu'ils ne se comprenaient pas. Qu'ils ne comprendraient jamais. Incroyable! Déjà que ce n'est pas particulièrement facile de s'intéresser à quelqu'un d'autre que sa petite personne, quand elle le fait ce serait apparemment en vain. Elle regrettait de s'inquiéter pour lui. Tout en le faisant d'autant plus.

-"Lâche celui-là tout de suite. Je ne le détruirai pas, c'est le premier que je me suis acheté tout seul, il est trop précieux!"

-"C'est sûr que ton autre violon était de la camelote, et tes carnets et livres vraiment bon à jeter. Je te jure que si tu finis par le casser, je te casse le nez. Ceinture noire de judo je te rappelle."

En reposant l'instrument à sa place, elle remit aussi encore une mèche rebelle qui trainait sur son visage. A moins que ce soit encore pour camoufler un mensonge, malgré son air assuré et agaçé.

-"Et toi alors? Tu es très énervée contre moi aussi."

-"Whaou, Monsieur Kang daigne s'intéresser à ce que je ressens... mais ne vous en faites pas pour moi princesse, continuez à vous énervez sur moi comme si de rien n'était. A croire que je suis là pour ça."

Poussant un long soupir avant de reprendre un petit sourire antipathique, ses yeux jaugèrent une seconde le garçon qui en plus de tous les sentiments négatifs possibles, semblait fatigué. S'installant finalement sur l'un des canapés, se disant que vu que la situation ne semblait pas pouvoir être pire elle ne pourrait que s'arranger, et que donc il valait mieux rester. Du moins c'était ça ou rentrer bouder chez elle, ou lancer les cadres renversés sur son crâne argenté.

-"Je sais qu'il y a quelque chose dont je ne me rappelle pas. Pardonne-moi."

-"... Pardon? Tu... attends, tu as VRAIMENT oublié?"

Un rire robotique sortit de sa bouche alors qu'elle le fixait, atterrée. Certes, c'était elle en personne qui lui avait dit d'oublier, mais elle ne le pensait pas non plus jusqu'au bout. Et puis elle était bourrée. Et lui aussi. Ce n'était tout de même pas un stratagème pour purement ignorer les évènements divers de cette soirée.

-"J'en reviens pas. Un tas de gens m'ont fait ce genre de coups, mais encore une fois je n'aurais pas cru ça de toi. T'as parfaitement raison en fait, comment je pourrais comprendre un gars comme toi?"

Putain, pourquoi ça lui faisait de la peine aussi? La jolie blonde se sentait terriblement idiotes, à garder des souvenirs qui maintenant ne veulent plus rien dire.

-"Mais toi dis moi Teddy. Qu'est ce que tu veux que je fasse? Qu'est ce que tu veux que je dise? Car si tu tiens à ce que je m'en aille, dis le, ce sera plus simple."

Même si elle espérait qu'il puisse lire dans ses yeux qu'elle souhaitait que ce ne soit pas le cas. Là où Théodore devait être en pleine réflexion, tout ce qu'elle voulait c'était une action. Des larmes, un signe de faiblesse. Des explications. Quoi que ce soit qui puisse remplacer sa colère par de la compassion.

_________________
Souvent je mens pour faire croire à mon dedans qu'il vit démesurément et qu'il peut même plaire à plein temps.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : PM J'ai débarqué le : 18/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 895 messages et j'ai un total de : 99 points. J'ai choisi : Leo de VIXX

모이라 - 엘라나 - - - - - -
Moïra - Elana - - - - - -

Coucou moi c'est : Teddy Actuellement, je suis : dans une situation émotionnelle peu confortable et j'ai une préférence : pour les femmes J'ai trouvé un job, je suis : violoniste au Walt Disney concert hall.
JOURNAL : https://www.youtube.com/watch?v=55I7BIcysFQ



MessageSujet: Re: Fin de chapitre (Elana & Théodore) Jeu 26 Juil 2018 - 20:29


    L'appartement bien rangé paraissait vide, et dénué d'âme, pourtant son locataire ne semblait pas savoir où donner de la tête. Il y avait son violon encore intact, attaché au mur, mais Elana s'en rapprochait trop dangereusement. Et il y avait son deuxième violon, celui qu'il avait jeté tout à l'heure, celui qui valait plus en terme d'argent, et qui avait une valeur sentimentale présente mais différente. Celui là, toujours dans les mains d'Elana. Mais justement, il y avait aussi Elana. Cette voisine qui depuis le début, avait été plus qu'une voisine. Cette personnalité que Théodore avait découverte, qui avait intrigué le coréen jusqu'au plus profond de son être. Mais Elana était bien plus que ça, était devenue bien plus que ça depuis le peu de moments qu'ils avaient passés ensemble. Elana était son espoir, la seule personne qui semblait percevoir ce qu'il y avait de plus difficile en lui, mais surtout la seule qui voulait s'y attarder.

    Pourtant, depuis le début de cette entrevue à l'improviste, Théodore n'avait pas osé posé les yeux sur la jeune femme, pire même, encore, il avait tout fait pour la reposer. Ses barrières émotionnelles prenaient le dessus sur ses réelles envies. Il était détruit, depuis bien plus longtemps que son trajet vers l'aéroport, et pour ne pas se bercer d'illusions, il fallait qu'il détruise ce qui était autour de lui aussi Aussi bien figurativement que véritablement.

    Alors quoi? Sur quoi devait-il divertir son attention? Devait-il se plier aux menaces d'Elana et briser encore plus d'objets de son inventaire? Devait-il la chasser de chez elle pour enfin être en paix et pouvoir exploser ultimement? Devait il lui expliquer ce qu'il ressentait, lui demander de le pardonner? Cela semblait bien trop impossible. Ses mots étaient contre lui, et ne reflétaient pas ce qu'il voulait. C'était un blocage mental, presque une maladie. Parce que Théodore n'avait jamais pu parler de ses sentiments, il avait toujours dû se fondre dans un moule, et maintenant, exposer au public ce qu'il ressentait au fond de lui était bien trop complexe pour être atteignable. Non, c'était bien plus facile de hausser le ton sur sa voisine, qui était réellement la dernière à mériter de telles actions.

   Depuis qu'elle était ici, l'état de Teddy s'était empiré, parce qu'en la voyant, il ressentait d'autres sentiments négatifs. Parce qu'en la voyant, il se rappelait qu'il avait justement oublié quelque chose de trop important. Et en la voyant s'énerver, il ne faisait que constater plus fortement son impuissance éternelle à lutter contre lui même. Il ne pouvait rien faire, à part s'énerver, écouter sa voisine, et s'énerver de nouveau. Et alors qu'il bouillait pour une nouvelle fois, prêt à crier de plus belle, une phrase le tétanisa.
- "J'en reviens pas. Un tas de gens m'ont fait ce genre de coups, mais encore une fois je n'aurais pas cru ça de toi. T'as parfaitement raison en fait, comment je pourrais comprendre un gars comme toi?" -
C'était fini. Sa voisine venait de faire tomber la sentence. Elle ne le comprenait pas. Elle ne le pourrait pas. Et entendre ça, c'était pire que d'entendre Kiara lui dire qu'elle le considérait comme un frère. Oui. Ce qu'il avait ressenti après le rejet de sa meilleure amie n'avait rien à voir avec la tristesse qu'il ressentait là, après cette terrible phrase.

    Et maintenant elle demandait s'il voulait qu'elle parte. Oui, Théodore voulait qu'Elana s'en aille, qu'elle le laisse seul dans sa misère, qu'elle le laisse avec son coeur maintenant réellement brisé. Mais non. Il la voulait ici, plus qu'elle ne le savait, plus qu'elle ne le saurait jamais. Parce que le vrai optimisme, le vrai espoir qu'il avait, c'était avec elle qu'il le ressentait, quand elle faisait en sorte qu'il pouvait être lui même. Involontairement, sans même qu'il ne s'en rende compte, une larme perla au coin de son œil bridé. "Je... euh..." Le musicien balbutia. Tout ce qu'il ressentait là, était bien trop complexe, et c'était d'une autre manière à présent. Manière qu'il ne voulait pas montrer à sa voisine. "Rien." Il murmura, alors qu'il tourna le dos à la vraie blonde immédiatement. Il ne pouvait rien lui dire, mais en même temps, c'était exactement ce qu'il attendait d'elle. Il ne voulait pas qu'elle parle, pas qu'elle fasse quoi que ce soit. Teddy voulait simplement qu'elle soit là, qu'elle soit elle. Mais principalement, il ne voulait pas qu'elle le voit pleurer. Donc il s'était retourné, se mettant à marcher vers son balcon où la baie vitrée était encore entrouverte. Vite. Il fallait qu'il s'y poste de nouveau, pour que la chaleur sèche les larmes qui coulaient maintenant et que son visage ait juste l'apparence bouffie d'un manque de quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : Jeanne. J'ai débarqué le : 27/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 993 messages et j'ai un total de : 105 points. J'ai choisi : Lili Reinhart comme célébrité et je dois mon avatar à : Google la base rpz. J’interprète également : Swann la douce

Venez me demander des liens ici!

Coucou moi c'est : Elana. Actuellement, je suis : célibataire. et j'ai une préférence : bisexuelle. Je suis étudiant(e) et je me suis orienté(e) vers : le journalisme. J'ai trouvé un job, je suis : photographe dans de petites agences.
JOURNAL :



MessageSujet: Re: Fin de chapitre (Elana & Théodore) Dim 19 Aoû 2018 - 20:41


Fin de chapitre

Elana & @Théodore Kang



La colère ne faisait que rendre la chaleur plus étouffante, même si la température à l'intérieur était normalement tout à fait supportable. Elana sentait aussi le froid, celui dans leurs paroles lancés l'un à l'autre. Dans quel but? Blesser, comprendre, s'éloigner. L'alternance des sentiments creusaient un fossé dans ce qui avant n'avait fait auparavant que les rapprocher. Perdus, oui ils l'étaient autant l'un que l'autre. Elle l'avait cru timide, gêné. Ou bien en train de regretter ce qui avait pu se passer, et prêt à l'ignorer. Mais jamais elle ne s'était douté que ce voisin qu'elle n'avait pas vu depuis une petite semaine pouvait être entré dans un tel état de colère. De peine. De désespoir. Un simple baisé ne pouvait en être la cause. Une dispute avec sa mère non plus. Sa curiosité la rongeait, au moins autant que son inquiétude. Mais pas autant que ses propres sentiments de confusion et de colère. Égoïste hein? La peur que cette discussion soit vraiment la dernière, une véritable fin de chapitre, comment ne pas y penser vu la tournure des événements? Les balbutiements du garçons ne furent clairement pas ce qu'elle attendait, alors que ses yeux se fermaient pour ne plus voir un instant ce qui l'affligeait.

-"Rien."

Rebattant de nouveau des cils, la jeune femme avait fixé ses lèvres trop parfaites dans l'attente d'une décision, d'un début d'action. D'une fin de sermon. Mais le mot était tombé, trop vide de sens comme tout ce qui venait de se passer. Ses sourcils se froncèrent en voyant le dos réapparaître. Alors voilà. Rien, elle ne servait à rien. Parce qu'ils ne se connaissaient pas, qu'ils n'étaient que deux paumés qui par hasard s'était croisés. Ouais. Ouais sans doute. Sauf que cher hasard, tu as en face de toi un adversaire de taille. Elana elle-même, prête à de ses mains faire plier le destin. Même si c'est surtout le bras de Théodore qu'elle attrapa, quitte à être rejetée de nouveau.

-"Tu penses que je vais me satisfaire de ça? Ce n'est même pas une réponse. Je..."

Comment ne pas remarquer ses yeux brillants, prêts à craquer? Putain. Elle avait envie de dire ce qu'il fallait, sans avoir ne serait-ce que l'inspiration du premier mot avec lequel commencé. Envie de comprendre assez pour deviner la raison de ses larmes prêtes à être déversées, sans même qu'il est besoin de parler. Envie d'être aussi douée que Kiara sur leurs fichus photos pour le faire de nouveau sourire. Mais elle n'était qu'Elana, et apparemment ça ne suffisait pas.

-"Taedong..."

Desserrant son emprise, ses doigts se dirigèrent vers la diaphane gouttelette qui lentement glissait le long de la joue du garçon. L'estompant délicatement, en une seconde le contact avait déjà disparu. Elle ne voulait pas davantage l'énerver. Davantage le blesser. Ressentir autant pour quelqu'un d'autre était définitivement épuisant...

-"Je ne veux pas être énervée contre toi tu sais. Vraiment pas. Au contraire. C'est juste que... je n'arrive pas à comprendre et ça me frustre. Je voudrais comprendre. Pour t'aider. Juste un peu."

Un soupir. L'étudiante voudrait pouvoir à cette soirée où tout était si simple. Léger. Lointaine. Délicieusement lointaine.

-"Parce que je tiens à toi, et que je ne comprends pas pourquoi tu te fais du mal comme ça. Alors je reste, pour que tu arrêtes tes bêtises. D'accord?"

Il ne pouvait pas la renvoyer après ça non? Si Teddy le faisait, il passerait pour le pire des goujats... du moins, Elana tentait de s'en convaincre dans la crainte de voir cette dernière tentative tournée à l'échec. Elle avait envie d'en dire plus. D'en faire plus. De passer sa main dans ses cheveux nouvellement argentés, d'embrasser doucement le coin de ses yeux encore humide. De simplement le prendre dans ses bras. Et ça l'ennuyait bien, de penser de cette manière. On ne réconfortait pas vraiment ses voisins comme ça, que ce soit dans la culture coréenne ou américaine.

_________________
Souvent je mens pour faire croire à mon dedans qu'il vit démesurément et qu'il peut même plaire à plein temps.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Fin de chapitre (Elana & Théodore)

Revenir en haut Aller en bas

Fin de chapitre (Elana & Théodore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» Connaissez-vous Théodore inspirations ?
» Les fleurs bleues
» Apprendre à vivre, de Luc Ferry
» saison 3 acte 3 : La Croix d'Erèbe (chapitre 1)
» Les Hells Angels font un saut à Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
California DREAM♥ :: Venice Neighborhood :: Washington Boulevard :: Residency-