AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

 L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA 

PEARS DROP
Sanaa J. Keagan
Sanaa J. Keagan
Je m'appelle : Sihem - (Pixye) et j'ai : 27 ans. J'ai débarqué le : 14/07/2016 sur California Dream. J'ai posté : 1514 messages et j'ai un total de : 190 points. J'ai choisi : Vanessa Hudgens comme célébrité et je dois mon avatar à : Brenda J’interprète également : Ruby A. Turner, C. Lux Valentine & Willow O. Williams
Absente le week-end.

JEFFREYJAKEDEVONELLEN & SETHSETHJAKE

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA 20c73d678a67956e73740c7469c0edf6cc978424
Coucou moi c'est : Sanaa Jaëlyn Keagan Actuellement, je suis : en couple avec Jake White et j'ai une préférence : pour les hommes, donc je suis hétérosexuelle J'ai : un garçon de 12 ans, Jaimie Ethan Keagan et une fille de 3 ans, Lily White Keagan. J'ai trouvé un job, je suis : styliste et propriétaire de la boutique Keagan's Clothes.

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA Empty
MessageL'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA écrit Dim 26 Jan - 0:09
L'alcool est la poésie des liquides...

Devon & Sanaa
“Tu noies tes chagrins dans l’alcool ? Méfie-toi, ils savent nager.””



Comme quasiment tous les matins, Sanaa s’était réveillée avant sa petite famille. Elle était programmée comme ça. Elle n’avait même plus besoin de réveil pour se réveillait quasiment tous les jours à la même heure. Mais ça ne la déranger pas. Elle n’était pas fatiguée, apparemment, elle avait besoin de peu d’heures de sommeil pour être en pleine forme. Se réveiller avant son petit-ami et ses enfants lui permettait de s’occuper d’elle. Elle faisait des choses qu’elle ne pourrait pas faire si elle se réveillait en même temps qu’eux. Comme par exemple une séance de sport qui faisait le plus grand bien à la jeune femme. Ça lui permettait de rester en forme, mais aussi de se défouler. Parfois, elle en avait bien besoin. Depuis qu’elle avait arrêté de boire, Sanaa essayait d’avoir la meilleure hygiène de vie possible. Elle se le devait à elle et surtout à ses enfants. Il méritait d’avoir une mère sobre et en bonne santé qui faisait de son mieux.

Ce matin, la demoiselle Keagan avait décidé d’y aller doucement en se promenant simplement dans le quartier accompagné de son chien. Kovu aussi avait besoin de se dégourdir les pattes, même si le jardin était assez grand pour qu’il s’y amuse. Sanaa attachait la laisse de son chien en sortant de chez elle. Mais quelque chose de différent ou plutôt quelqu’un avait attiré son attention ce matin. Habituellement, le quartier était si calme, spécialement à cette heure, d’aussi bon matin. Le soleil venait à peine de se réveiller et les couleurs dans le ciel étaient vraiment magnifiques. Ce qui avait attiré l’attention de la brunette s’était son voisin. Sanaa ne le connaissait pas beaucoup, mais elle le saluait lorsqu’elle le croisait. Elle connaissait son prénom : Devon. Sa profession : policier et qu’apparemment, il avait un goût prononcé pour la fête et/ou l’alcool. Elle ne savait pas vraiment, Sanaa ne le connaissait pas assez pour le juger. Mais surtout, elle était très mal placée pour le faire. Souvent, il n’avait pas l’air en forme ou frais comme à ce moment précis. Devon titubait dans son allée. Il n’avait pas l’air bien du tout.

Sanaa se demandait si elle devait l’aider ou le laisser se débrouiller seul. Elle hésitait quelques secondes avant de se dire, qu’elle aimerait qu’on l’aide si elle était dans le même état. Malheureusement, la demoiselle Keagan avait déjà été dans le même état. C’était, il n’y a pas si longtemps, trois ans. Son fils encore souvent et n’avait pas confiance en sa mère pour cette raison. Il resterait persuadé qu’elle replongera tôt ou tard dans l’alcool. Sanaa agissait dans l’optique qu’il fallait aider les autres comme on aimerait l’être. Ne pas agir avec quelqu’un comme on ne voudrait pas qu’on agisse avec nous. Mais évidemment, elle ne faisait pas toujours. La demoiselle Keagan fait rentrer son chien dans son jardin. « Désolé mon grand la promenade sera pour plus tard. » Le temps, que Sanaa traverse la rue, Devon vomissait dans les buissons. Il allait sûrement l’envoyer bouler, mais elle s’en fichait. Elle s’approchait de lui en laissant quand même une bonne distance entre eux. « Dure soirée ? » Elle s’approchait doucement de lui. Quand elle avait l’impression qu’il n’avait plus rien dans l’estomac, elle lui demandait. « Ça va aller ? »


Made by Neon Demon

_________________
Le bonheur est parfois caché dans l'inconnu.
Apprendre à vivre, c'est apprendre à être libre. Et être libre, c'est accepter que les choses arrivent telles qu'elles arrivent.

Absente le week-end.
Revenir en haut Aller en bas
PEARS DROP
Devon Whitmore
Devon Whitmore
Je m'appelle : Mystéri@ et j'ai : 30 ans J'ai débarqué le : 05/08/2019 sur California Dream. J'ai posté : 484 messages et j'ai un total de : 82 points. J'ai choisi : Travis Fimmel J’interprète également : Dimitri Hallinger et Erika Clarke
L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA 950af3181d45389f7a10f59be9975afa

RP terminés

Satine 1Damian 1Elliot 1Damian 2Satine 2

RP en cours


CarrieSanaaWyattZeldafête foraineLillahEzra

Coucou moi c'est : Devon Actuellement, je suis : Veuf. et j'ai une préférence : Pour les femmes. J'ai : Un fils décédé... J'ai trouvé un job, je suis : Agent de police .

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA Empty
MessageRe: L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA écrit Mar 28 Jan - 20:27

   
Noyer la réalité
Sanaa & Devon
« L’alcool n'est pas la réponse, il te faut juste oublier la question.»
Pourquoi j’me suis mis une caisse ce soir ? Je ne sais même plus. Trop de merdes j’imagine. Je ne sais plus vraiment où donner de la tête. Depuis la mort de Lexie et d’Andy, tout s’est enchaîné très vite. Un véritable cataclysme : Evelyne qui se fait violer, se retrouve en cloque et qui veut quand même garder le bébé, Damian qui fait son grand retour les pupilles aussi dilatées que le trou de bal d’un éléphant, Dylan ce petit trou du cul n’en parlons même pas, hormis m’insulter, m’inonder de saloperies et me molarder dessus, Sarah qui noue une relation pas très claire avec son connard d’ex, j’ai l’impression d’être coincée dans une spirale de l’horreur. Putain mais sortez-moi de là ! Ça ne peut pas s’arrêter juste deux minutes ? J’ai besoin de dire stop, d’appuyer sur la touche pause là. C’est trop pour un seul être humain. J’me demande d’ailleurs comment je fais pour tenir encore debout. N’importe qui à l’heure qu’il est se serait déjà flingué.

Vous penserez sûrement que je suis injuste voire méchant, mais, après tout ce que j’ai fait pour qu'Evy se sente bien durant sa grossesse, j’ai l’impression qu’elle n’en a jamais assez. Elle veut toujours plus. Par exemple, je ne peux plus passer une nuit tout seul dans mon lit. Ses cauchemars prennent de plus en plus de place et elle finit toujours par me demander de dormir avec elle. Ça en devient limite, pesant. Des fois, j’ai l’impression qu’elle attend de moi de jouer le rôle du petit ami. Et c’est quelque chose dont je suis incapable. Depuis la mort de Lexie et d’Andy, j’ai vécu tout seul pendant plus de deux ans et demi. Je m’y suis en quelque sorte difficilement accoutumé. L’arrivée d’Evy a tout chamboulé à la maison. Et avec celle de Doyle et Dylan, n’en parlons pas ! J’ai besoin de mon espace vital. Je ne sais pas vraiment comment lui dire sans la froisser. Elle a traversé tellement d’épreuves de son côté que ça serait purement égoïste de ma part de lui dire. Non ?

Quant à Damian seigneur…j’en ai vu des drogués et des menteurs. Au poste on les côtoie tous les jours. Mais putain, je n’ai jamais vu quelqu’un être autant dans le déni que lui. Si on l’écoute ; « Tout va bien. Mais bordel de merde, non rien ne va petit frère ! Il ne se rend même pas compte qu’il est accro à je ne sais quelle merde ! Je suis hanté par le souvenir de ce jour au poste quand il a débarqué complètement stone pour me rendre les clefs de ma voiture de service qu’il avait réparée. Pas foutu de tenir débout et d’aligner deux mots. Non mais tout va bien hein ! Et après il vient me faire chier parce que je bois trop. Ça ce n’est pas nouveau. Mais quelle ironie tout de même de venir me balancer que j’ai un problème alors que lui est drogué jusqu’à l’os ! Je ne préfère pas m’étendre sur le sujet parce que là, j'enrage ! Je me ronge déjà assez les sangs comme ça. Je crois que cette famille, un jour, finira par avoir ma peau. Pourquoi sont-ils revenus sérieusement ? Ils ne pouvaient pas tous rester à Seattle ?

Et puis Sarah…que je découvre présente le soir du réveillon avec ce connard. Je crois que ma vie est une putain de tragédie grecque. Hey là-haut, vous ne croyez pas que ça suffit ?

Enfin bref, j’en étais où déjà ? Ah oui…j’me suis mis une caisse. Et là, je suis en train de gerber comme une merde dans un buisson devant la maison. Je commence à connaître la musique quand je prends le verre de trop. Une fois la mixture hors de mon corps, je m’assois par terre contre le mur de la maison et prends une profonde inspiration en fermant les yeux. Une voix féminine m’interpelle. Evy ? Génial, elle va probablement me péter les couilles.

T’as même pas idée… je relève la tête et remarque qu’il ne s’agit pas d’Evelyne mais de la voisine que je croise de temps à autre dans la rue. La jolie styliste qui tient la boutique de vêtements Keagan’s Clothes.

Merde…Je vous ai pris pour ma sœur. Je suis navré. Je ne voulais pas vous tutoyer. dis-je confus. Je baisse la tête, légèrement honteux de lui apparaître dans un tel état. Très bon exemple de flic que tu donnes là Devon !

Excusez-moi, comme vous pouvez le voir, je ne suis plus très frais…ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous importuner.

Mais à ma grande surprise, elle me demande si ça va. Je relève aussitôt la tête, surpris de ne pas me prendre une réflexion du genre : Alcoolo. ou Pittoyable.. Un léger sourire naît du coin de mes lèvres.

Oui oui, ne vous en faites pas, c’est juste…un mauvais moment à passer. La descente en général n’est jamais agréable. Hormis un gros mal de crâne, je marque une pause pour reprendre ma respiration, précédemment haletante à cause de ma crise de vomito, Je survivrai. Je passe une main dans mes chemin et examine la jeune femme.

Merci,dis-je avec sincérité.

(c) princessecapricieuse

_________________

Sweet sweet medicine
L'alcool n'est pas le remède à mes maux, c'est  ma pénitence. Il me permet d'oublier ma merdique existence. + buckaroo.


Dernière édition par Devon Jones le Mar 7 Juil - 10:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PEARS DROP
Sanaa J. Keagan
Sanaa J. Keagan
Je m'appelle : Sihem - (Pixye) et j'ai : 27 ans. J'ai débarqué le : 14/07/2016 sur California Dream. J'ai posté : 1514 messages et j'ai un total de : 190 points. J'ai choisi : Vanessa Hudgens comme célébrité et je dois mon avatar à : Brenda J’interprète également : Ruby A. Turner, C. Lux Valentine & Willow O. Williams
Absente le week-end.

JEFFREYJAKEDEVONELLEN & SETHSETHJAKE

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA 20c73d678a67956e73740c7469c0edf6cc978424
Coucou moi c'est : Sanaa Jaëlyn Keagan Actuellement, je suis : en couple avec Jake White et j'ai une préférence : pour les hommes, donc je suis hétérosexuelle J'ai : un garçon de 12 ans, Jaimie Ethan Keagan et une fille de 3 ans, Lily White Keagan. J'ai trouvé un job, je suis : styliste et propriétaire de la boutique Keagan's Clothes.

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA Empty
MessageRe: L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA écrit Sam 8 Fév - 18:37
L'alcool est la poésie des liquides...

Devon & Sanaa
“Tu noies tes chagrins dans l’alcool ? Méfie-toi, ils savent nager.””



Ce matin, la séance de sport habituellement de Sanaa était reportée ou peut-être même annulée. C’était que partie remise. Elle aurait encore pleins de matinées pour se promener avec son chien ou pour courir. La brunette avait décidé de voir comment se portait son voisin. Il n’avait pas l’air au meilleur de sa forme. Ce n’était pas la première fois, qu’elle le voyait dans cet état. La demoiselle Keagan s’était toujours dit que ça ne la regardait et que ça n’était pas ses affaires. Mais elle avait déjà été dans la même situation que Devon. Elle était déjà souvent rentrée chez elle en titubant. Elle s’était un jour carrément effondré dans un parc de la ville. C’étaient les pompiers qui l’avaient récupéré et évidemment ça avait été l’équipe de son meilleur ami. Sanaa avait immédiatement lui la déception dans ses yeux. Mais rien de ce que Logan avait pu faire n’avait aidé la brunette. On ne peut pas aider et encore moins sauver quelqu’un qui ne veut pas l’être. Malheureusement ça avait été le cas de Sanaa à cette époque-là. Honnêtement si la jeune femme n’était pas tombée enceinte et qu’elle n’avait pas été effrayé à l’idée de faire du mal à son bébé, elle n’aurait probablement pas arrêté. Aujourd’hui encore, elle continuerait à se cacher pour boire. Elle se cachait alors que son problème était bien plus que visible pour ses proches. D’ailleurs, lorsque Sanaa buvait, elle était une tout autre personne. Elle n’écoutait personne et elle devait même une garce de la pire espèce. Elle se fichait de faire du mal aux autres parce qu'elle-même souffrait. Jake en avait fait plus que les frais. Mais il était à l’origine de sa rechute et de son mal-être. Il méritait certaines des choses que Sanaa lui avait dites.

Si personne n’avait été derrière la demoiselle Keagan à assurer ses arrières, peut-être qu’elle ne s’en serait pas sortie aussi bien. Sanaa ne connaissait pas beaucoup son voisin et encore moins son vécu. Elle ne savait pas ce qu’il avait réellement. Peut-être qu’il fait un peu trop la fête ? Avait-il des problèmes d’alcool ou de drogue ? Ou peut-être tout autre chose… Si la brunette continuait toujours à l’ignorer à faire comme si elle ne l’avait pas vu, jamais elle n’apprendrait à le connaître. Peut-être qu’elle pourrait lui apporter son aide. Pour l’heure, Sanaa ne cherchait pas à faire connaissance. Elle voulait seulement s’assurer qu’il allait bien. Apparemment, comme la jeune femme s’en doutait, la soirée avait été rude. C’est en tout cas ce que Devon confirmait en pensant s’adresser à sa jeune sœur. « Ne vous en faites pas. Ce n’est pas grave, vous pouvez même le tutoyer. Ça ne me dérange pas. » Son voisin s’excusait sur son état en lui assurant qu’il ne l’importunerait pas. « Je ne m’en fais pas pour ça. C’est moi qui suis venu vers vous. C’est donc plus moi qui serait en train de vous importuner. » Sanaa lui posait ensuite la question, pour laquelle elle était venue. À savoir comment il allait. D’ailleurs, il semblait surpris que la jeune femme lui demande ça. Pourtant, c’était une question banale que tout monde pose à tout vas. Et comme toujours, on répondait que ça allait bien même si ce n’était pas le cas. Après tout, la personne n’était pas vraiment intéressée par la réponse. Mais pour le coup, là, la demoiselle Keagan s’y intéressait réellement. « Ah oui, je veux bien vous croire. La descente est vraiment terrible et on recommence pourtant. J’ai aucun doute, je sais que vous survivrez. » Sanaa marquait une pause en lui adressant un sourire avant d’ajouter. « J’ai un bon remède contre la gueule de bois. Ça vous dit que je vous le prépare. Je pense que j’ai tout ce qui faut chez moi pour le faire. Si vous me donnez quelques minutes, je peux vous l’apporter. Vous ne perdez rien à accepter. »

Made by Neon Demon

_________________
Le bonheur est parfois caché dans l'inconnu.
Apprendre à vivre, c'est apprendre à être libre. Et être libre, c'est accepter que les choses arrivent telles qu'elles arrivent.

Absente le week-end.
Revenir en haut Aller en bas
PEARS DROP
Devon Whitmore
Devon Whitmore
Je m'appelle : Mystéri@ et j'ai : 30 ans J'ai débarqué le : 05/08/2019 sur California Dream. J'ai posté : 484 messages et j'ai un total de : 82 points. J'ai choisi : Travis Fimmel J’interprète également : Dimitri Hallinger et Erika Clarke
L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA 950af3181d45389f7a10f59be9975afa

RP terminés

Satine 1Damian 1Elliot 1Damian 2Satine 2

RP en cours


CarrieSanaaWyattZeldafête foraineLillahEzra

Coucou moi c'est : Devon Actuellement, je suis : Veuf. et j'ai une préférence : Pour les femmes. J'ai : Un fils décédé... J'ai trouvé un job, je suis : Agent de police .

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA Empty
MessageRe: L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA écrit Jeu 19 Mar - 14:07

 
Noyer la réalité
Sanaa & Devon
« L’alcool n'est pas la réponse, il te faut juste oublier la question.»
J’me sens vraiment merdique. Ma vie est merdique ! Tout était plus ou moins normal avant qu’ils débarquent tous à nouveau dans ma vie. Enfin…c’est vite dit. Je les ai fuis et ils m’ont rattrapé. Comme si je n’avais pas assez de drames comme ça dans ma vie, je me retrouve à devoir gérer mes problèmes ainsi que ceux des frangins. Certains oublient que je ne suis pas Superman, et encore moi le frère que j’ai été. Ils attendent bien trop de moi. J’ai changé. Beaucoup changé. Et je ne pourrais jamais redevenir celui que j’étais. C’est impossible. Je suis dépassé par les événements. Alors...je bois, histoire de zapper un peu tout ça, me foutre sur pause pour souffler. Je suis étouffé de leurs problèmes. Je vais finir par m’y brûler les ailes et me noyer. Franchement, j’en peux plus. L’alcool m’offre un peu de répit, certes, bien que ce ne soit que temporaire. Le retour à la sobriété est toujours plus éprouvant à mesure que le temps passe. Mais j’m’en branle. J’ai trouvé mon échappatoire.

Bon…ce soir clairement j’ai merdé. Se donner ainsi en spectacle devant ma voisine, c’est vraiment pathétique ! Elle va probablement penser que je suis une vraie girouette. En plus je me mets à la tutoyer…Génial Devon tout va bien…! Tu ne sembles visiblement pas contrariée par ma familiarité. Temps mieux. Je ne me sens pas d’attaque pour me prendre une soufflante. Au lieu de ça, la pitié que je t’ai inspirée t’a poussé à m’aborder.
Merci…

Je ne sais pas si je dois être flatté ou honteux. En même temps, voir un pauvre type dégueuler ses tripes dans les buissons d’en face, c’est un spectacle carrément pathétique.

Je suis désolé pour…ça. D'habitude, je gère un peu mieux…

M’excuser est la moindre des choses que je puisse faire. Si je me souviens bien, tu as un gosse. L’idée qu’il ait pu assister à ce sketch me couvre de honte. Et si ça avait été Andy ? Les enfants n’ont pas besoin de voir ce genre de fiasco. Ce n’est pas vraiment le bon exemple à montrer, de la part d’un adulte, et encore moins d’un flic. Je baisse les yeux, ne sachant quoi dire de plus pour ma défense. Je suis coupable sous toutes les coutures. J’essaie de te rassurer, te dire que tout va bien, que ce n’est qu’un sale moment à passer. En espérant que tu te cantonnes à penser que ce n’était qu’une stupide soirée arrosée où je n’ai pas su gérer mon euphorie, même si la triste vérité n’est que je suis qu’un putain d’alcoolique. Et puis, tu corrobores mes dires, de la manière la plus sincère et simple possible, comme si toi aussi tu avais déjà expérimenté cette vie de débauche. Je relève aussitôt la tête et t’observe dubitatif, fronçant les sourcils.

On dirait que vous savez de quoi vous parlez… hésitant, je me mords la lèvre inférieure, redoutant une gifle pour ce que je m’apprête à te demander, Vous carburiez à quoi ?

Un bon remède contre la gueule de bois ? Je ne dis pas non ! Mais alors, aurais-tu une certaine expérience dans ce domaine ? A te voir, on est bien loin de s’imaginer qu’une femme aussi charmante que toi soit passée par les mêmes travers. Je te dévisage quelques instants en silence, analysant ainsi les traits qui façonnent ton visage. Je pince les lèvres mords à nouveau ma lèvre inférieure. Est-ce vraiment raisonnable de finir chez toi à une heure aussi matinale ? Si ton mec débarquait et te voyait avec ton alcoolique de voisin…et ton fils, que penseraient-ils ?

Euh…je… Oh bordel, je dois avouer que je suis vraiment dans le mal. Entre la nausée et ce violent mal de crâne qui pointe le bout de son nez, je ne sais pas comment je vais affronter cette nouvelle journée. Je soupire de honte.

D’accord. Mais je ne veux surtout pas m’imposer et vous faire perdre votre temps, répondis-je en me levant avec difficulté.

(c) princessecapricieuse

_________________

Sweet sweet medicine
L'alcool n'est pas le remède à mes maux, c'est  ma pénitence. Il me permet d'oublier ma merdique existence. + buckaroo.


Dernière édition par Devon Jones le Mar 7 Juil - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PEARS DROP
Sanaa J. Keagan
Sanaa J. Keagan
Je m'appelle : Sihem - (Pixye) et j'ai : 27 ans. J'ai débarqué le : 14/07/2016 sur California Dream. J'ai posté : 1514 messages et j'ai un total de : 190 points. J'ai choisi : Vanessa Hudgens comme célébrité et je dois mon avatar à : Brenda J’interprète également : Ruby A. Turner, C. Lux Valentine & Willow O. Williams
Absente le week-end.

JEFFREYJAKEDEVONELLEN & SETHSETHJAKE

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA 20c73d678a67956e73740c7469c0edf6cc978424
Coucou moi c'est : Sanaa Jaëlyn Keagan Actuellement, je suis : en couple avec Jake White et j'ai une préférence : pour les hommes, donc je suis hétérosexuelle J'ai : un garçon de 12 ans, Jaimie Ethan Keagan et une fille de 3 ans, Lily White Keagan. J'ai trouvé un job, je suis : styliste et propriétaire de la boutique Keagan's Clothes.

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA Empty
MessageRe: L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA écrit Ven 20 Mar - 18:18
L'alcool est la poésie des liquides...

Devon & Sanaa
“Tu noies tes chagrins dans l’alcool ? Méfie-toi, ils savent nager.””



Ce matin, Sanaa avait décidé d’être moins égoïste et de se soucier de son entourage. En l’occurrence à son voisin qui avait l’air dans une mauvaise passe. La demoiselle Keagan avait l’impression de savoir exactement ce qu’il pouvait ressentir à ce moment précis. Le regret d’avoir autant bu la veille, un mal de tête intense et la honte de s’être mis dans cet état lamentable. Il n’y a pas si longtemps, Sanaa était dans la même situation. Elle rentrait en espérant que son fils ne remarque pas ou n’est pas conscience de son état. Mais c’était une utopique. Jaimie savait très bien dans quel état sa mère rentrait chaque soir. Il n’ignorait pas à quel point, c’était mauvais. Pendant de longues années, le jeune Keagan n’avait jamais rien dit. Il avait tout gardé pour lui jusqu’à il y a quelques semaines. Jaimie lui avait avoué, qu’il ne pensait pas que sa période de sobriété allait durer longtemps. Il n’y croyait pas malgré les trois ans d’abstinence de sa mère. Un véritable choc pour Sanaa qui la poussait à continuer sur sa lancée. Elle resterait loin de l’alcool et elle allait prouver à son enfant qu’il avait tort de douter d’elle. La demoiselle Keagan ne supporterait pas de décevoir une nouvelle fois son fils. Cette fois, elle avait également une fille, qui allait bientôt avoir trois ans, à rendre fière. Elle voulait que Lily ne ressente jamais la honte d’avoir une mère alcoolique, comme Jaimie avait pu le ressentir. Sanaa se demandait s’il avait encore ce sentiment.

Sanaa s’était dirigée vers son voisin pour s’assurer qu’il allait bien. Enfin aussi bien qu’on pouvait l’être après une soirée bien arrosée. Devon s’excusait d'avoir vomi sous ses yeux. Ce n’était pas comme s’il l’avait exprès. Puis il n’avait rien demandé. C’est la brunette qui avait traversé la rue pour voir comment il allait. « Ce n’est pas grave. On a toujours l’habitude de gérer ou de mieux gérer. » Maintenant, que Sanaa était sobre depuis quelques années, elle se rendait compte qu’à l’époque où ses soirées se résumaient à vider des bouteilles d’alcool, elle ne gérait absolument rien. Sa vie était vraiment pathétique et tout ça avait encore des répercussions sur sa vie actuelle. C’était dingue comment l’alcool pouvait détruire ou gâcher toute une vie même quand on trouvait le courage et la force d’arrêter. Sanaa avait une petite allusion qui montrait qu’elle savait ce qu’on ressentait quand on buvait trop. « Malheureusement, oui, je sais de quoi je parle… J’aurais vraiment préféré ne pas savoir. » Devon demandait à la jeune femme à quoi, elle carburait. Il parlait bien de la même chose. « Ça dépend, il y a trois ans ou il y a six ans ? » Dit-elle en s’asseyant à côté de lui. Oui, Sanaa avait connu deux périodes où son addiction à l’alcool avait pris le dessus. « Un peu près, tous les alcools, mais surtout la tequila. Une préférence qui doit provenir d’une partie de mes origines mexicaines. Ou j’aimais bien le whisky aussi. » Dit-elle en grimaçant avant d’ajouter. « Il y a six ans, on ajoute à ça la cocaïne… Jusqu’à l’overdose… » Le soir où elle avait fait l’overdose, Sanaa aurait dû être seule chez elle. Mais son petit ami de l’époque, Jeffrey était passé à l’improviste chez elle. Il l’avait retrouvé juste à temps, avant que ce soit trop tard, avant que son overdose lui soit fatale. Il lui avait sauvé la vie. La demoiselle Keagan ne devait peut-être pas dire cela à une personne qu’elle connaissait à peine. Mais si elle voulait l’aider et que lui s’ouvre à elle, il fallait qu’elle soit sincère. Puis Devon était policier, il pouvait facilement trouver ses informations sur Sanaa s’il cherchait. « Maintenant, vous avez une image totalement différente de moi… Mais je vous assure mes enfants courent aucun danger, je suis sobre depuis trois ans. » Il pouvait se poser des questions avec ce que la jeune femme venait tout juste de lui révéler. La brunette hésitait un moment avant de lui retourner la question. « Et vous vous carburez à quoi ? »

Sanaa finit par lui proposer un remède, une sorte de cocktail contre la gueule de bois. Bon ce n’était pas miraculeux, mais ça pouvait aider. Elle pensait avoir tous les ingrédients à la maison donc elle proposait à Devon de lui en préparer. Il n’avait rien à perdre. « Vous ne vous imposez pas, je vous invite. Vous ne me faites pas non plus perdre mon temps, encore une fois, c’est moi qui suis venu vous embêter. Mes enfants et mon petit ami dorment encore à cette heure. » Sanaa se levait en lui disant. « Après, je ne vous force à rien. Si vous avez peur de rencontrer ma famille, je peux le préparer et repasser chez vous pour vous le donner. C’est comme vous voulez. »

Made by Neon Demon

_________________
Le bonheur est parfois caché dans l'inconnu.
Apprendre à vivre, c'est apprendre à être libre. Et être libre, c'est accepter que les choses arrivent telles qu'elles arrivent.

Absente le week-end.
Revenir en haut Aller en bas
PEARS DROP
Devon Whitmore
Devon Whitmore
Je m'appelle : Mystéri@ et j'ai : 30 ans J'ai débarqué le : 05/08/2019 sur California Dream. J'ai posté : 484 messages et j'ai un total de : 82 points. J'ai choisi : Travis Fimmel J’interprète également : Dimitri Hallinger et Erika Clarke
L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA 950af3181d45389f7a10f59be9975afa

RP terminés

Satine 1Damian 1Elliot 1Damian 2Satine 2

RP en cours


CarrieSanaaWyattZeldafête foraineLillahEzra

Coucou moi c'est : Devon Actuellement, je suis : Veuf. et j'ai une préférence : Pour les femmes. J'ai : Un fils décédé... J'ai trouvé un job, je suis : Agent de police .

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA Empty
MessageRe: L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA écrit Ven 20 Mar - 22:38

 
Noyer la réalité
Sanaa & Devon
« L’alcool n'est pas la réponse, il te faut juste oublier la question.»
Quelle autre alternative ai-je de m’excuser pour ce spectacle grotesque ? D’habitude je rase les murs et je parviens à franchir le seuil de ma porte à temps pour refaire mes chiottes. Mais il faut croire qu’un jour, et je l’espère, l’alcool aura ma peau. Tu es étrangement compréhensive. Moi qui pensais me faire traiter d’ivrogne, tu te vêts de calme et de douceur autant dans ta voix que dans tes jolis yeux châtains qui m'observent. Je relève la tête, surpris de ta réaction qui me prend complètement au dépourvu et m’apaise. Tu viens t’assoir à mes côtés pour me dévoiler quelques anecdotes pas très glorieuses mais surtout douloureuses. Je t’écoute attentivement. Toi…aussi ?  Comment est-ce qu’une femme comme toi, d’une telle prestance, d’une telle classe, car oui je connais ta réputation. Tu es célèbre pour tes créations…comment as-tu bien pu sombrer dans cette vie ? Tu sembles tellement épanouie aujourd’hui, auprès de ta famille. Je n’en crois pas mes oreilles. Tu t’ouvres à moi sans aucune retenue. Transparente, pas de tabou, juste les faits, la triste vérité. Alcoolique, droguée, overdose, tu en as expérimenté tous les pourtours. Et maintenant, tu brilles, tu rayonnes comme un doux soleil d’été.

Mais lorsque tes lèvres prononcent ce mot, overdose, mes pensées se tournent instinctivement vers mon petit frère chéri, mon Damian, ma vie, mon sang, mon âme, la partie sans laquelle je peux vivre, la musique sans laquelle mes paroles se meurent. J’ai peur. Terriblement peur. Peur de le perdre. Il ne me reste que lui aujourd’hui. Quand il a mal, je saigne. S’il meurt, je meurs. Il est le seul, l’unique qui puisse me comprendre, du moins, qui me comprenait. Depuis ces putains de retrouvailles, il y a cette fissure que j’ai engendrée en tournant le dos aux Jones, il y a deux ans. Une fissure qui creuse lentement, de jour en jour, ce fossé énorme entre nous. Oh Damian, tu n’as jamais été aussi proche mais à la fois aussi loin. Où es-tu mon frère…mon tendre petit frère ?

Mon frère se drogue. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il ne l’assume pas. Si on l’écoute, tout va bien. Je gère, voilà ce qu’il dit.

A cet instant, je peux sentir ce nœud s’embraser, me torde l’estomac, et me prendre par les tripes, libérant ainsi cette maudite chimère, cette affliction meurtrière qui foisonne dans mon cœur et l’empoisonne. Liquide lacrymal abonde au creux de mes yeux désormais brillants et humides. Lente inspiration durant laquelle une larme s’échappe, arpentant ma joue dans une course lente et qui se meurt au coin de mes lèvres.

Il a débarqué au poste complètement stone, incapable de tenir sur ses deux jambes et d'avoir un discours cohérent. C’est comme si j’avais une espèce de demeuré face à moi. Ce n’était pas mon frère…mais un putain de camé.

Un silence se pose entre nous, silence durant lequel quelques larmes jaillissent humidifiant mon visage de liqueur salée. Pas de sanglots, juste de la tristesse. Pas d’espoir, juste le noir des ténèbres qui s’étend à l’horizon. Je pleure en silence.

Il dit que c’est de ma faute, qu’il avait pas les épaules assez solides pour me confronter à nouveau. Moi…son propre frère. Nous qui étions si proches… Je marque une pause, essuyant mon visage de la main.

Il a raison. C’est de ma faute. Je n’aurais jamais dû partir. Le laisser avec toute cette bande de dégénérés. Mais, notre dernier échange a été…

Je pince les lèvres puis soupire tristement. Je réalise à quel point je m’apitoie sur mon sort. Dieu seul sait à quel point j’ai horreur de ça. Ce n’est pas dans mes habitudes de confesser mes pêchés à une inconnue. Car oui, tu es une inconnue. Tu es peut-être ma voisine, mais on ne se connait pas. Et finalement, c’est tellement plus simple. Parler sans aucune retenue du mal qui nous ronge sans se faire juger en permanence. Ne pas avoir à subir ce regard accusateur que les Jones passent leur temps à me jeter. Pas de reproches, pas de drames. Juste les mots qui se déversent à flot de ma bouche, apaisant l’espace d’un instant mon cœur fatigué, endolori, mutilé. Tu penses que me révéler les côtés sombres, les excès et la décadence de ton passé vont m’octroyer le droit de te juger. M’as-tu vu ? Flic et alcoolique. Ai-je réellement des leçons à te donner ? Je te regarde, sourire en coin : La seule chose que je vois, c’est ma charmante voisine en train de perdre son temps avec un pauvre flic alcoolique qui vient de dégueuler ses tripes dans un buisson, et qui se sent désormais complètement merdique.

Je te souris de plus bel. Je ne juge pas. Je n’ai pas à le faire. Tu as visiblement mis ton passé derrière et tu as avancé. Rien que pour ça, je ne peux que t’admirer. Trois ans de sobriété ? Comment fais-tu ?

Admirable. Comment avez-vous fait si je peux me permettre ?

Tout comme moi, peu importe la nature, du moment qu’il y avait ce liquide excitant tes papilles, brûlant ton œsophage, éraflant ton estomac, empoisonnant ton foie, ton sang et abrutissant ton cerveau en ralentissant tes capacités intellectuelles, pour te permettre de souffler un peu, tu étais comblée. Toi c’était la tequila et le Sky. Pas mal. A la dure. On peut dire que tu ne faisais pas semblant. Je t’admire vraiment.

Whisky, avouai-je.

Tu me proposes un bon p’tit remontant. Dans un tout autre registre. J’vois déjà le remède de grand-mère que tu me suggéreras d’ingurgiter. Un truc infâme mais qui me remettra sans nul doute les idées en place. Tu m’invites gentiment chez toi. J’hésite. Que diraient ton mec et tes enfants ? Ce n’est pas commun d’inviter son voisin à la fraîche. Je déglutis avec difficulté, pris à nouveau de nausées. Je fourre la main devant ma bouche, grimaçant légèrement.

Je crois que je ne vais pas dire non. Ce n’est pas ça…disons que…j’me sens pathétique. Je ne voudrais pas que vos enfants voient le blaireau que je suis, surtout venant d’un flic. Bonjour l’image qu’ils auraient de nos forces de l’ordre. De gros pochtrons ! dis-je en riant. Je me redresse difficilement, prêt à te suivre.

Allons-y

(c) princessecapricieuse

_________________

Sweet sweet medicine
L'alcool n'est pas le remède à mes maux, c'est  ma pénitence. Il me permet d'oublier ma merdique existence. + buckaroo.


Dernière édition par Devon Jones le Mar 7 Juil - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PEARS DROP
Sanaa J. Keagan
Sanaa J. Keagan
Je m'appelle : Sihem - (Pixye) et j'ai : 27 ans. J'ai débarqué le : 14/07/2016 sur California Dream. J'ai posté : 1514 messages et j'ai un total de : 190 points. J'ai choisi : Vanessa Hudgens comme célébrité et je dois mon avatar à : Brenda J’interprète également : Ruby A. Turner, C. Lux Valentine & Willow O. Williams
Absente le week-end.

JEFFREYJAKEDEVONELLEN & SETHSETHJAKE

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA 20c73d678a67956e73740c7469c0edf6cc978424
Coucou moi c'est : Sanaa Jaëlyn Keagan Actuellement, je suis : en couple avec Jake White et j'ai une préférence : pour les hommes, donc je suis hétérosexuelle J'ai : un garçon de 12 ans, Jaimie Ethan Keagan et une fille de 3 ans, Lily White Keagan. J'ai trouvé un job, je suis : styliste et propriétaire de la boutique Keagan's Clothes.

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA Empty
MessageRe: L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA écrit Lun 23 Mar - 22:13
L'alcool est la poésie des liquides...

Devon & Sanaa
“Tu noies tes chagrins dans l’alcool ? Méfie-toi, ils savent nager.””



Devon avait rapidement compris que l’alcoolisme n’était pas quelque chose d’inconnu pour Sanaa. Il fallait dire que la jeune femme n’avait pas été très subtile. Elle ne se cachait pas, en lui faisant comprendre, qu’elle savait exactement dans quel état, il se trouvait. Il y a quelques années ça aurait pu être lui, qui aurait pu retrouver la demoiselle Keagan en train de vomir ses tripes dans les buissons ou carrément endormi sur la pelouse. La brunette s’était déjà retrouvée dans des états pas possible et vraiment pathétique. Devon avait osé poser une question assez culottée à Sanaa. Il avait souhaité savoir à quoi, elle carburait, lorsqu’elle était dans le même camp que lui. La brunette se confiait donc sur ses poisons favoris, la tequila, la vodka et la cocaïne. Mais elle n’avait pas roulé longtemps avec cette dernière substance. Elle avait failli lui coûter la vie.

C’est en silence, que Sanaa écoutait les révélations de Devon. La brunette était une bonne oreille. Elle était attentive et connaissait que trop bien le monde de l’addiction. Apparemment, chez lui, c’était une histoire de famille. Son frère avait un problème avec la drogue. Il ne reconnaissait pas son problème. Ça n’étonnait pas la brunette, c’était toujours compliqué d’admettre qu’on avait un problème. C’était beaucoup plus simple de se voiler la face et de se dire que tout allait bien. Sanaa était une professionnelle dans ce domaine, elle avait toujours du mal à voir les choses en face et ceux dans de nombreux domaines. La demoiselle Keagan pouvait voir l’émotion dans le regard de Devon. Il avait les larmes aux yeux. L’état de son frère lui faisait du mal et elle pouvait le comprendre. Si Sanaa le connaissait mieux, elle l’aurait sûrement pris dans ses bras à ce moment-là. Elle aurait tenté de le consoler. Mais il était encore qu’un inconnu pour elle. Ce geste serait sûrement déplacé. Devon était un inconnu qui avait besoin de conter son histoire, enfin celle qu’il avait sur le cœur. Celle de son frère qui le faisait souffrir. La demoiselle Keagan ignorait pourquoi, mais c’était toujours plus simple de se confier à des inconnus qu’à ses proches. On avait peur de leurs regards et de leurs jugements, peur de les décevoir. Tout ce que Sanaa avait pu dire aux réunions des alcooliques anonymes, elle ne l’avait raconté à aucun de ses proches, ni à son petit ami, ni à son meilleur ami.

Devon ne pouvait plus retenir ses larmes. La brunette posait une main réconfortante sur son épaule. Elle ne savait pas vraiment comment agir, elle ne le connaissait pas. Mais elle était prête à apprendre et faire connaissance avec lui. Enfin si, il acceptait son aide. C’était au tour de Sanaa d’apporter son aide comme, Aiden lui avait tendu la main lorsqu’elle était au plus mal et qu’elle en avait besoin. Il avait été d’un grand secours pour elle. « Je ne vous connais pas et je ne connais pas votre frère. Mais je pense qu’il est responsable de ses propres choix. Ce n’est pas vous, qui l’avez forcé à se droguer. C’est toujours plus simple de rejeter la faute sur les autres. » Lorsque Sanaa se droguait ou buvait, elle avait toujours trouvé des tas de coupables à son état. Jamais, elle ne s’était remise elle-même en question, jamais elle n’aurait reconnu qu’elle était elle-même la cause de son état, la seule responsable.

Après avoir confessait ses excès, Sanaa avait tenu à rassurer Devon sur son état actuel et sur la sécurité de ses enfants. Il était policier après tout, s’il estimait que Jaimie et Lily étaient en danger, c’était dans son devoir de les protéger. « Vous n’êtes pas merdique, seulement malade. Mais c’est un bon signe si vous admettez que vous êtes alcoolique. » Au moins, il avait conscience qu’il avait un problème. Peut-être qu’il voudra le régler, ce n’était pas une vie de passer son temps à boire. Puis Sanaa était la preuve qu’on pouvait s’en sortir même si ce n’étaient pas tous les jours simples. Devon était intrigué par les trois années d’abstinence de la demoiselle Keagan. « Mes enfants… Après mon overdose, j’ai failli perdre la garde de mon fils. Ça a été une sacrée claque. La seconde fois, je suis tombée enceinte. La peur de faire du mal à mon bébé était plus forte que l’envie de boire. Sans eux, je serais certainement encore une ivrogne droguée ou six pieds sous terre… Je suis également bien entourée… Mais je vais être honnête, ce n’est pas tous les jours faciles. » Il ne fallait pas se mentir, parfois Sanaa serait bien tenté par un nouveau verre. Elle arrivait à se ressaisir en pensant à ses enfants et aux reproches que Jaimie avait pu lui faire il y a quelques semaines.

C’était au tour de Sanaa de connaître le poison de Devon, elle lui avait bien révélé le sien. Ils partageaient le même, le whisky, un des alcools les plus fort. Celui qui faisait le plus rapidement de l’effet. Celui qui anesthésier rapidement les souffrances, les douleurs, les tracas et tout ce qu’on souhaitait oublier. Mais aussi celui dont la descente était la plus rude. Sanaa connaissait un remède contre la gueule de bois qui avait montré son efficacité sur elle. Elle le proposait donc à Devon. Il avait à présent l’estomac vide et boire ou manger quelques choses ne lui feraient probablement pas de mal. Il n’avait rien à perdre sauf peut-être un peu de temps avec Sanaa. Mais la jeune femme ne le forçait à rien, elle lui laissait le choix. « Ma fille de deux ans, je pense qu’elle ne remarquera pas grand-chose. Mon fils, je ne vous garantis rien. Il n’a pas sa langue dans sa poche. Désolé d’avance s’il dit quelque chose de déplacer. Il est dans sa période de reproche et de rébellion. Il a un sacré caractère. Quant à mon petit ami, il comprendra. » Sanaa tendait sa main à Devon pour l’aider à se relever. Ils se dirigeaient ensuite chez la jeune femme où la brunette l’invitait à rentrer. La demoiselle Keagan lui fit signe de la suivre dans la cuisine, au moins il pourrait voir ce qu’elle met dans son verre. Au moins, il serait sûr qu’elle ne tentait pas de l’empoisonner. « Vous n’avez pas d’allergie ? » Dit-elle en sortant de ses placards et de son réfrigérateur les ingrédients du fameux remède. « Vous voulez de l’aspirine ou du paracétamol ? » Ça faisait toujours du bien pour le mal de crâne de la gueule de bois. Sanaa disposait sûrement des deux dans son armoire à pharmacie. « Vous m’excusez un instant ? » La brunette se dirigeait dans sa chambre où elle écrit un mot à Jake qu’elle posait sur son oreiller. Sur ce mot, elle expliquait rapidement la situation pour que son petit ami ne soit pas totalement surpris lorsqu’il se réveillerait et découvrirait Devon dans leur cuisine. Au passage, Sanaa vérifiait que ses enfants dormaient toujours. Sanaa revenait à la cuisine et commençait à préparer le cocktail anti gueule de bois. « Ce n’est pas super appétissant à première vue, mais ce n’est pas si terrible et ça vous soulagera peut-être. »

Made by Neon Demon

_________________
Le bonheur est parfois caché dans l'inconnu.
Apprendre à vivre, c'est apprendre à être libre. Et être libre, c'est accepter que les choses arrivent telles qu'elles arrivent.

Absente le week-end.
Revenir en haut Aller en bas
PEARS DROP
Devon Whitmore
Devon Whitmore
Je m'appelle : Mystéri@ et j'ai : 30 ans J'ai débarqué le : 05/08/2019 sur California Dream. J'ai posté : 484 messages et j'ai un total de : 82 points. J'ai choisi : Travis Fimmel J’interprète également : Dimitri Hallinger et Erika Clarke
L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA 950af3181d45389f7a10f59be9975afa

RP terminés

Satine 1Damian 1Elliot 1Damian 2Satine 2

RP en cours


CarrieSanaaWyattZeldafête foraineLillahEzra

Coucou moi c'est : Devon Actuellement, je suis : Veuf. et j'ai une préférence : Pour les femmes. J'ai : Un fils décédé... J'ai trouvé un job, je suis : Agent de police .

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA Empty
MessageRe: L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA écrit Mar 7 Juil - 17:31

Noyer la réalité
Sanaa & Devon
«L’alcool n'est pas la réponse, il te faut juste oublier la question.»
J’en ai plein le cul d’être celui dont les frangins attendent beaucoup. Sous prétexte que je suis l’aîné de la famille, je n’ai pas le droit de flancher. Tous me reprochent de m’être tiré de Seattle, et quand on regarde aujourd’hui le bilan des courses, tous se sont ramenés à Los Angeles parce que la vie chez les parents leur était insupportable. Ils passent leur temps à me dégueuler leur haine à la tronche, surtout Dylan, qui n’a jamais supporté ma proximité avec Damian. Bientôt, il va me foutre toutes ses conneries sur le dos. J’ai conscience que mon départ n’a pas été facile, surtout pour Damian qui du jour au lendemain s’est retrouvé avec toutes les responsabilités que j’ai fuies. D’ailleurs, on se ressemble bien plus qu'il n'y parait: moi j’ai trouvé pénitence dans la boisson, lui se flagelle avec la drogue. Je sais pertinemment que ma voisine a raison : je ne suis pas responsable de ses choix. C’est ce que toute personne sensée dirait. Mais c’est plus fort que moi, je n’arrête pas de me dire que si j’avais fait le choix de rester, il ne serait pas parti en vrille de la sorte.

Non c’est vrai, mais j’y ai contribué en quittant Seattle. Si je n’étais pas parti, rien de tout ça ne serait arrivé. Il s’est retrouvé à endosser mon rôle. Devoir gérer à la fois les parents et les frangins alors que je n’étais pas capable de me gérer moi-même. La commissure de mes lèvres s’étire doucement dans un léger rictus.

Notre famille est pire qu’un poison. Elle vous bouffe à petit feu. Moi j’suis parti. Lui, il est resté et ils l’ont rongé comme un vieil os. Je reprends mes esprits et réalise que je lui raconte ouvertement ma vie. Je passe une main dans mes cheveux, me racle la gorge et lâche un petit rire nasal.

Désolé pour mes anecdotes familiales pas très glorieuses. Quand je commence, j’ai tendance à partir dans des métaphores qui n’en finissent plus. Tout ça pour dire que j’peux pas m’empêcher de me dire que si j’étais resté, il n’aurait pas flanché. J’me sens responsable.

Franchement, quand j’entends les frangins me sortir que j’étais leur exemple ça me fait doucement rire. Être un flic alcoolique n’a rien de très attrayant. Je dirais même que c’est assez ironique. Je me tourne en dérision auprès de la jeune femme. Le tableau est vraiment moche. Mais selon elle, je ne devrais pas me sentir merdique car je suis malade. Je me tourne vers son joli petit minois et la dévisage avec intérêt. J’arque un sourcil puis esquisse un sourire en coin.

On dirait un discours des alcooliques anonymes. J’imagine qu’elle a dû y séjourner quelques temps. Si j’en crois ce qu’elle me dit, elle est parvenue à laisser toute la dépravation derrière elle, ce qui je dois l’avouer est assez impressionnant. En général, quand on tombe dans ce genre de travers, c’est compliqué, voire impossible d’en sortir indemne. Ça laisse forcément des traces indélébiles. Et ce n’est que lorsqu’elle me raconte un peu son vécu que j’en comprends les réelles motivations : ses enfants. Je quitte son regard puis observe le vide devant moi et pose l’arrière de ma tête contre le mur de la maison.

Les enfants sont les plus belles causes pour lesquelles se battre. Un silence se pose. J’humecte doucement mes lèvres.

Il y a deux ans, ma femme et mon fils sont morts dans un accident de voiture que je conduisais. Depuis, je ne suis incapable de me regarder dans un miroir sans détester le monstre que je vois. Chaque nuit, depuis deux ans est ponctuée de cauchemars où la seule chose qui revient à chaque fois est l’image de mon petit garçon mort sur le banquette arrière… Un silence plus pesant s’installe.

J’me disais qu’en buvant, ça serait plus simple pour oublier. Alors j’ai continué à enchaîner les verres les uns derrière les autres pensant que les suivants estomperaient davantage mes souvenirs. Mais quelles que soient le chemin que je décide de prendre, le retour à la sobriété est toujours aussi éprouvant. Je marque une pause avant de poursuivre:

Qu’est-ce qui peut réellement m’aider quand ma seule motivation n’est plus ? Franchement ? Comme je vous l’ai dit, elle s’appelle Whisky Je m’étonne qu’elle puisse penser que je la vois différemment alors je l’interromps aussitôt.

Vous savez l’image que j’ai de vous, c’est celle d’une femme forte qui s’est battu pour ses enfants et qui a su trouver la force et le courage de dire non. Et ça, ce n’est pas donné à tout le monde. Vous devriez être fière de vous.

Quelques minutes plus tard, après quelques échanges de sincérité, elle me propose gentiment un remontant contre la gueule de bois. J’avoue hésiter un instant. Je ne suis pas du genre à m’imposer surtout dans l’état dans lequel je me trouve. Et si ses enfants voyaient le dépravé que je suis, je doute fortement redorer ainsi l’image de la Police de Los Angeles. Finalement, je me dis que ça ne me ferait pas de mal un peu de compagnie et je finis par accepter sa proposition.

Oh je n’ai pas peur de les rencontrer, disons que je ne suis pas au mieux de ma forme. Mais vu que le pire est dans les buissons…lançai-je sur le ton de l’humour.

Je finis par me lever et fais un léger geste de la main avant de dire : Après vous…

(c) princessecapricieuse

_________________

Sweet sweet medicine
L'alcool n'est pas le remède à mes maux, c'est  ma pénitence. Il me permet d'oublier ma merdique existence. + buckaroo.
Revenir en haut Aller en bas
PEARS DROP
Sanaa J. Keagan
Sanaa J. Keagan
Je m'appelle : Sihem - (Pixye) et j'ai : 27 ans. J'ai débarqué le : 14/07/2016 sur California Dream. J'ai posté : 1514 messages et j'ai un total de : 190 points. J'ai choisi : Vanessa Hudgens comme célébrité et je dois mon avatar à : Brenda J’interprète également : Ruby A. Turner, C. Lux Valentine & Willow O. Williams
Absente le week-end.

JEFFREYJAKEDEVONELLEN & SETHSETHJAKE

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA 20c73d678a67956e73740c7469c0edf6cc978424
Coucou moi c'est : Sanaa Jaëlyn Keagan Actuellement, je suis : en couple avec Jake White et j'ai une préférence : pour les hommes, donc je suis hétérosexuelle J'ai : un garçon de 12 ans, Jaimie Ethan Keagan et une fille de 3 ans, Lily White Keagan. J'ai trouvé un job, je suis : styliste et propriétaire de la boutique Keagan's Clothes.

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA Empty
MessageRe: L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA écrit Mar 28 Juil - 18:35
L'alcool est la poésie des liquides...

Devon & Sanaa
“Tu noies tes chagrins dans l’alcool ? Méfie-toi, ils savent nager.””



Devon se sentait coupable. Il était rongé par la culpabilité, persuadé qu’il était responsable des problèmes de drogue de son frère. Il pensait qu’il aurait pu changer les choses, s’il avait été rester à Seattle. Sanaa n’était pas vraiment du même avis. Pour elle, si une personne voulait s’autodétruire personne ne pouvait l’en empêcher. De nombreuses personnes ont essayé d’aider Sanaa lorsqu’elle avait débuté l’alcool et la drogue avant même que son addiction apparaisse. Même Jeffrey qui était dealer à l’époque. Un moment donné même son fournisseur avait refusé de lui vendre quoique ce soit. Il lui faisait la morale, elle ne le trouvait pas très crédible par lui aussi se droguait à l’époque. Jeffrey était une personne parmi d’autres qui avaient tenté de lui sortir la tête de l’eau et aucun ni était parvenu. La demoiselle Keagan était donc quasiment persuadée que ce schéma aurait très bien pu se reproduire pour le frère de Devon. « Vous n’en savez rien. Avec des si, on peut refaire le monde. Rien ne l’obligeait à endosser votre rôle, lui aussi, il aurait très bien pu partir. Après, je dis ça, mais je n’ai aucune idée de ce que c’est d’avoir une famille. Je suis fille unique et je n’ai même pas grandi avec mes parents. » En effet, Sanaa n’avait que dix ans quand son père est mort dans les tours de New York, la date tragique du 11 septembre 2001. Après cela, sa mère s’est réfugiée dans le travail à Sydney, laissant Sanaa à la garde de sa grand-mère paternelle à Los Angeles. La brunette considérait Seth et Ellen comme sa famille comme ses frères et sœurs, mais elle savait que ce n’était pas pareil que les vrais liens du sang.

Devon s’excusait de raconter sa vie. Mais ça n’embêtait pas Sanaa qui était ravie de lui apporter une oreille attentive. S’il lui disait tout cela, c’est qu’il avait besoin de vider son sac. Il pouvait le faire avec la brunette, elle ne le jugeait pas. Son parcours, sa famille, rien dans sa vie n’était plus glorieux que celle de Devon. « Vous ne saurez jamais si les choses auraient été différentes si vous étiez resté à Seattle. » Elle marquait une pause avant de reprendre. « Je sais que pour moi, ma famille, mes amis, tous les soutiens que j’avais, n’ont pas réussi à m’empêcher de m’autodétruire. Quand j’ai décidé de succomber à l’alcool et la drogue rien n’a pu me faire changer d’avis.» Sanaa ignorait si son expérience pouvait l’aider à se sentir mieux, mais elle ne perdait rien à essayer.

Merdique, c’est le mot que Devon avait utilisé pour se définir. Encore une fois, Sanaa n’était pas d’accord avec lui. Déjà qu’il admettait avoir un problème, était loin de faire de lui une personne merdique. L’addiction, l’alcoolisme était une maladie de laquelle il était difficile de se défaire. Une maladie qui hante jusqu’à la fin de nos jours même si on arrive à s’en sortir. Il n’était pas merdique, mais seulement malade. C’est un peu amusé que Devon lui demande si c’était une phrase des alcooliques anonymes. Sanaa rit doucement avant de répondre. « Peut-être bien. J’y ai passé tellement de temps qu’ils ont dû déteindre sur moi. Mais ce n’est pas qu’une phrase, c’est une vérité. Enfin, ce n’est que mon avis. » Les alcooliques anonymes avaient énormément aidé Sanaa à combattre son addiction et ne pas céder à la tentation lorsqu’elle était enceinte. Pourtant, ce n’était pas l’envie qu’il manquait. La peur de faire du mal à son enfant avait aussi été une bonne dissuasion pour la brunette même si le manque la faisait terriblement souffrir. D’autant plus, qu’elle devait le cacher à son fils dont elle s’occupait seule parce qu’à cette époque, elle était plus ou moins avec et séparé de Jake. Le couple était dans une situation compliquée.

Cette fois, Sanaa était d’accord avec les dire de Devon. Les enfants étaient bien la plus belle cause pour laquelle se battre. La brunette s’en voulait de ne pas avoir été assez forte plus tôt pour Jaimie. Il avait subi le fait d’avoir une mère alcoolique pendant des années et aujourd’hui il lui en voulait énormément. La demoiselle Keagan venait seulement de réaliser que son fils avait toujours eu conscience de la situation et des problèmes qu’elle rencontrait. Sanaa le pensait trop jeune pour comprendre et/ou qu’il ne s’en rappellerait plus, mais elle s’était lourdement trompée. Elle en payerait un jour les conséquences et peut-être plus tôt qu’elle ne pensait. Devon se confiait au sujet de sa femme et de son fils. La brunette se sentait affreusement, mal d’avoir autant parlé de ses enfants alors que lui avait perdu son fils. Sanaa connaissait la douleur de perdre un enfant. Il y a quelques années, elle avait fait une fausse-couche et elle avait beaucoup souffert de cette perte. « Je suis vraiment désolé. Et moi qui vous parle de mes enfants… Le monstre ? Vous n’avez rien d’un monstre… Vous l’avez dit vous-même, c’était un accident. » La demoiselle Keagan avait du mal à imaginer l’horreur qu’il vivait au quotidien, les cauchemars et l’image de son fils mort. Elle pouvait comprendre qu’il souhaitait oublier. Malheureusement, peu importe les quantités d’alcool qu’il consommera, ça n’effacera rien. La douleur s’estompera, mais seulement avec le temps bien qu’elle soit toujours présente. « L’alcool n’est qu’un anesthésiant éphémère donc le réveil est plus que douloureux. On oublie un instant et soudain, on se reprend tous les souvenirs et la douleur en plein visage. » Son fils n’était plus là, Devon ne pouvait plus avoir la même motivation que Sanaa. Sans sa perte, il ne serait probablement jamais devenu alcoolique. « Peut-être que votre motivation peut être la famille qu’il vous reste. Comme votre frère, pour le sauver, il faut d’abord vous sauvez vous-même ? » Est-ce que c’était un argument suffisant, la brunette l’ignorait, mais c’était le seul qu’elle avait. Elle ne le connaissait pas assez pour lui donner d’autre raison de se battre. Il était inutile de lui dire que sa femme et son fils n’aimeraient pas le voir dans cet état. C’est une phrase inutile, cruelle et blessante.

Devon voyait Sanaa comme une femme forte et pensait qu’elle devait être fière d’elle-même. La brunette ne ressentait aucune fierté. Comme son fils lui avait dit, elle avait fait le choix de boire jusqu’à l’excès. D’une certaine façon, elle avait cherché la dépendance et c’était dans son devoir de réparer son erreur. La demoiselle Keagan espérait qu’un jour Jaimie lui pardonnerait toutes ses erreurs et le mal qu’elle a pu lui faire. De façon involontairement à cause de l’alcool ou même ses mauvais choix. « Merci. » C’était contenté de dire Sanaa. Elle n’avait rien à ajouter. Elle n’allait pas parler davantage de son fils. Elle sentait vraiment trop mal vis-à-vis de la perte de Devon.

Sanaa proposait à son voisin un remède contre la gueule de bois. Elle ne savait si ça aurait un quelconque effet sur lui, mais il ne perdait rien à tenter le coup. Devon suivait donc la brunette jusqu’à sa cuisine. La jeune femme avait laissé quelques instants Devon seul, le temps de déposer un mot sur l’oreiller près de Jake et de vérifier que ses enfants dormaient toujours. Sanaa l’avait rapidement rejoint pour lui préparer cette fameuse boisson post cuite. C’était assez rapide à préparer, la jeune femme lui tendait le verre et sortait de l’aspire qu’elle déposait près de lui. « À votre santé. » Sanaa prenait également un verre pour en quelques sortes le soutenir.

Made by Neon Demon

_________________
Le bonheur est parfois caché dans l'inconnu.
Apprendre à vivre, c'est apprendre à être libre. Et être libre, c'est accepter que les choses arrivent telles qu'elles arrivent.

Absente le week-end.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA Empty
MessageRe: L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA écrit
Revenir en haut Aller en bas
 
L'alcool est la poésie des liquides - DEVON & SANAA
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Cerise s'efface, le Bien trépasse [hentaï, PV Vaelz]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
California DREAM♥ :: Venice Neighborhood :: Pacific Avenue :: Residency-
Sauter vers: