Partagez|

Connaissances Culturelles (Elana & Théodore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : PM J'ai débarqué le : 18/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 861 messages et j'ai un total de : 144 points. J'ai choisi : Leo de VIXX

아이덴 - 모이라 - 제사밸 - 엘아나 - 기아라 - - -
Aiden - Moïra - Jezabel - Elana - Kiara - - -

Coucou moi c'est : Teddy Actuellement, je suis : confus et j'ai une préférence : pour les femmes J'ai trouvé un job, je suis : violoniste.
JOURNAL : https://www.youtube.com/watch?v=55I7BIcysFQ



MessageSujet: Re: Connaissances Culturelles (Elana & Théodore) Dim 18 Mar - 19:42

    S'il y avait une bonne nouvelle dans cette soirée, c'était qu'elle semblait réellement rapprocher les deux jeunes gens. Pendant qu'il parlait, Elana l'écoutait sans rien ajouter, et ça, Théodore en était reconnaissant. Elle commençait à le comprendre, ou du moins elle montrait un peu plus de douceur, et cela faisait plaisir au brun, qui commençait peu à peu à se détendre à nouveau. Elle lui donnait le calme, le silence, plus généralement l'écoute dont il avait besoin et il n'en avait honnêtement pas espéré tant. Elle l'avait habitué à lui poser des questions gênantes, à le prendre au dépourvu, à fuir et casser chaque tentative de se présenter. C'était peut être pour ça qu'il continua de répondre à ses questions alors qu'encore une fois, elle s'était levée. Il avait étrangement confiance en elle. Elle lui avait garanti une heure à ses côtés, et il savait que pendant cette heure là, elle ne fuirait pas.
    Et puis Teddy lui avait avoué. Elana était peut être la première fille à qui il se confiait sur le vide de son âme aussi clairement. Oh bien sûr, Kiara savait quelques détails, mais elle ne savait pas à quel point il vivait avec une constante sensation de tristesse. Swann connaissait bien plus de ses manques affectifs, mais jamais il n'avait mis d'aussi clairs mots sur son mal-être. Son meilleur ami savait, parce qu'il ressentait la même chose que lui, peut être que c'était pour ça aussi qu'ils restaient aussi proches, et qu'à deux, ils arrivaient à écrire de vraies chansons sentimentales. Mais cela restait une première. C'était bien pour ça qu'il fallait mettre fin au sujet. Cela avait déjà était un bel effort de répondre honnêtement à cette question. Théodore avait besoin de plus venant d'Elana pour pouvoir élaborer. Bien qu'apaisée, leur relation restait pour le moment tendue. Il ne cernait pas encore totalement la jeune fille.
    Et l'attitude non-consistante de celle-ci n'aidait pas vraiment. Il l'avait suivie des yeux quand elle était partie à la cuisine, et voilà qu'elle se mettait à lui changer son torchon de glaçons. Elle montrait encore une fois la partie prévenante qu'elle en avait en elle. Après le petit déjeûner de la dernière fois, l'arnica qu'elle était venu lui donner... Théodore comprenait qu'elle était gentille, mais qu'elle semblait vouloir le cacher. Pourquoi? Encore une question qui ne le rendrait que plus intrigué par sa mystérieuse voisine. Voisine qui d'ailleurs avait dit qu'il pouvait 'oublier le concept de l'infirmière sexy'? Mais qui était là, à bien jouer aux infirmières, et il devait avouer qu'elle n'était plutôt attirante dans sa belle robe rouge. Il avait failli faire la remarque, pour la taquiner elle aussi, mais elle revenait vers lui, et semblait avoir des mots à dire. Il se contenta donc de garder l'air malicieux sur son visage, et d'attendre patiemment qu'elle dise ce qu'elle avait à dire.
    Mais c'était encore un silence qui suivit. Elle était venue s'asseoir sur l'accoudoir de son fauteuil, réduisant à grande échelle la distance qui s'était installée entre les deux, puis elle lui attrapa la main de nouveau. Teddy arqua un sourcil en regardant lui aussi sa main, gêné de cette proximité. Mais devait-il réellement être gêné? Ils avaient déjà été beaucoup plus proches, elle lui avait déjà carressé la main, et le petit voyage qu'elle avait fait aux toilettes avait été beaucoup plus intime qu'un simple rapprochement physique. Alors rapidement, Théodore se força à éliminer sa gêne et releva le regard vers sa voisine, dont le visage était beaucoup plus proche du sien maintenant. Il était en position de l'écouter avec attention. Elle était plus haute que lui maintenant, à s'être perchée sur l'accoudoir, mais Teddy n'en était pas pour autant intimidé. Peut être même qu'il trouvait cela bien plus confortable. "Apprendre à te connaître, oui." Il répondit avec douceur, son regard sombre perçant étonnament toujours ceux clairs de la blonde, comme s'il cherchait quelque chose de précis à l'intérieur. "Tu vois; c'est quand je te parle que tu peux me connaître." Il commença avec assurance, mais avec une extrême douceur. "Mais c'est quand tu ne me dis rien, que moi j'apprends à te connaître." Les mots flottèrent dans l'air quelques secondes, le temps que Teddy puisse la regarder avec un sourire. Celui là était plus visible que le sourire malicieux de tout à l'heure, car il avait un tout autre sentiment. Il traduisait la satisfaction, mais surtout la bienveillance. C'était pour lui dire qu'il ne se moquait pas d'elle, mais que justement, il était content d'en apprendre un peu plus sur la vraie personnalité qu'il pouvait déceler sous cette carapace d'attitude imposante. Mais comme les bonnes choses ne pouvaient pas durer aussi facilement, Théodore détourna la tête. C'était bien mieux de regarder le mur après cela. "Et pour te répondre, je n'ai jamais dit que moi ou mon appartement étaient parfaits. Est ce que c'était parce que c'était ce que tu avais imaginé?" Il lui demanda en la taquinant, posant sa main blessée sur le genou de la blonde et laissant une simple expiration en guise de rire. Eh oui, Théodore savait comment taquiner lui aussi. "Je t'ai promis que je le ferais." Il effaça bien vite ses restes de sourire et d'humour, se rappelant en effet qu'ils en étaient toujours à un interrogatoire. Il était resté doux, mais avait quand même retiré sa main du genou d'Elana, il ne voulait pas la gêner ou lui faire regretter de s'être rapprochée comme ça. Au moins ils avaient une vision commune, celle de la fraternité. C'était un bon point commun, et le coréen s'en retrouvait soulagé. C'était comme un espoir qu'ils pouvaient s'entendre sur plusieurs sujets, s'ils avaient les mêmes pensées de ce côté là.
    La suite de l'interrogatoire était arrivée, et pendant que Teddy y réfléchissait, quelque chose lui titilla les méninges. 'Ou peut-être parce que tu penses que je sais comment vivre pour moi?' ce genre de question n'était pas innocente. Est ce que cela voulait dire que leurs psychologies avait plus que de la fraternité en commun? C'était une question que Théodore allait étudier quand il en aurait l'occasion. Car pour l'instant, c'était à son tour de diffuser les informations. "Ma famille me manque, oui, mais je suis venu ici pour les fuir." Il répondit, presque certain qu'Elana ne pourrait pas comprendre, même si le contraire l'étonnerait beaucoup et ne rendrait probablement Théodore qu'encore plus attiré par cette personnalité si contrastante de sa voisine. "Et si je parle avec toi, c'est pour la même raison que tu veuilles continuer de me poser des questions. Je te l'ai dit, je pense que l'on ne se comprend pas, et pourtant, je pense qu'on a envie de se comprendre, à cause de ça. Est ce que je me sens seul ou vide? Ce sont d'autres questions, que tu n'as pas posées." Il répondit encore une fois avec un ton malicieux. Oui, il jouait sur les mots, mais en même temps, entrer dans ces sujets là, c'était bien trop personnels, et Elana et lui n'étaient pas encore assez proches pour ouvrir cette discussion. Peut être que justement, c'était ce qu'ils devaient faire, mais étaient-ils prêts ce soir là?
    "J'ai quand même une question." Théodore avait dit, replaçant ultimement son regard dans les yeux de sa voisine. "Pourquoi tu es venue me voir jouer ce soir?" Il demanda, c'était une façon de clore l'interrogatoire, et de satisfaire la question qui le brûlait depuis qu'il était sorti de la salle de spectacle. Il estimait avoir répondu à assez de questions, du moins pour ce soir, ou en tous cas, il ne savait pas s'il aurait la force de formuler d'autres réponses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : Jeanne. J'ai débarqué le : 27/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 912 messages et j'ai un total de : 133 points. J'ai choisi : Lili Reinhart comme célébrité et je dois mon avatar à : Google la base rpz. J’interprète également : Swann la douce



Venez me demander des liens ici!

Coucou moi c'est : Elana. Actuellement, je suis : célibataire. et j'ai une préférence : bisexuelle. Je suis étudiant(e) et je me suis orienté(e) vers : le journalisme. J'ai trouvé un job, je suis : photographe dans de petites agences.
JOURNAL :



MessageSujet: Re: Connaissances Culturelles (Elana & Théodore) Dim 18 Mar - 22:48

Kang
Théodore

Lewis
Elana

「Connaissances Culturelles」

-"Apprendre à te connaître, oui. Tu vois; c'est quand je te parle que tu peux me connaître.Mais c'est quand tu ne me dis rien, que moi j'apprends à te connaître."

Trop occupée à regarder encore la main abîmée, le beau sourire échappa à sa vue pendant qu'elle avait du mal à enregistrer ses mots. Comment un garçon qu'elle connaissait depuis quelques jours pouvait se permettre de dire ça? Oui, c'était bien elle qui plus tôt encore l'avait qualifié de déprimant Gloomy Guy, qui était en train de penser ça. Mais c'était si étrange, de prétendre pouvoir la connaître sans qu'elle ouvre la bouche. Certes, quand elle parlait, c'était souvent pour brouiller les pistes de sa personnalité, se faire passer pour ce qu'elle n'était pas, jouant à la perfection de son image. Mais comment Théodore pouvait être convaincu qu'il se cachait quelque chose derrière les mots, plus que ce qu'elle voulait bien montrer? Même Elana n'y croyait plus. En tous cas, sa naïveté la touchait plus que ce qu'elle aurait cru, alors qu'elle s'efforçait de ne pas avoir de réaction au visage.

-"Et pour te répondre, je n'ai jamais dit que moi ou mon appartement étaient parfaits. Est ce que c'était parce que c'était ce que tu avais imaginé?"

Un rire sortit d'entre ses lèvres alors qu'elle releva les yeux, avant de sans doute les cligner un peu trop en sentant une main sur son genoux. Who. Ce gars était quand même vraiment vraiment vraiment très étrange. A la fois c'était non je suis trop pudique pour te faire un calin d'en revoir, te voir en culotte et parfois te regarder dans les yeux, mais en même temps je me trimbale torse nu, je te touche le genoux et je te souris comme ça. Ce fut à elle de détourner le regard sous la surprise.

-"Déprimant. Ennuyeux. Triste. Suicidaire. Je te rappelle que c'était comme ça que je t'avais imaginé..."

Comme toujours la gentillesse n'était pas sa spécialité. Mais ce n'était pas méchant non plus, déjà par l'utilisation du passé, et son ton qui montrait à son tour qu'elle disait cela pour le taquiner et non le blesser. Elle se souvenait encore qu'il lui avait dit se sentir creux, et elle trouvait donc un lien avec sa première impression. Ils étaient plus similaires qu'elle ne le pensait, n'étant peut être pas forcément ce que leur image renvoyait.

"Ma famille me manque, oui, mais je suis venu ici pour les fuir. Et si je parle avec toi, c'est pour la même raison que tu veuilles continuer de me poser des questions. Je te l'ai dit, je pense que l'on ne se comprend pas, et pourtant, je pense qu'on a envie de se comprendre, à cause de ça. Est ce que je me sens seul ou vide? Ce sont d'autres questions, que tu n'as pas posées."

Si elle ne lui avait posé de questions sur le fameux "vide", c'était néanmoins par préoccupation pour lui. Sans réellement contourner le sujet, la possibilité d'en parler était bien là, mais il pouvait tout à fait l'éviter. Ce qu'il avait à peu près fait d'ailleurs, ce qui signifiait que le sujet était clos. Le plus étonnant était peut-être qu'elle n'en était pas froissée, n'y pensant même pas plus que ça. Tout simplement à cause de ce qu'il avait dit auparavant.

-"Toi aussi c'est... non rien, laisse tomber."

En une phrase, elle avait cru entendre ce qu'elle ressentait. Ses parents qui savaient toujours appuyé là où ça faisait mal, montrant leur fierté à la même échelle que leur honte. Pourtant, elle les aimait, et ça la peinait vraiment de les dépeindre comme de mauvaises personnes quand elle essayait d'en parler. Et là, l'impression d'entendre une détresse similaire dans sa voix l'avait vraiment décontenancé. Un garçon vraiment bizarre...

-"J'ai quand même une question."

En réalité, elle ne l'écoutait plus vraiment. Elle revoyait les yeux de sa mère sur ses notes qui n'étaient jamais assez hautes. Les cris de son père qui lui sommait de faire mieux. Aucune violence. Pourtant, il y avait quand même eu de la souffrance.

-"Pourquoi tu es venue me voir jouer ce soir?"

Ses yeux recommencèrent à voir de nouveau le temps présent, un peu perdus dans ceux de son voisin. Cette question était terriblement simple, et la réponse le serait aussi. Pourtant sans savoir comment sans doute, avec l'évocation de sa famille, Théodore l'avait poussé dans ses retranchements. Comment pouvait-il ressentir la même chose qu'elle? Être dans la même situation? Non, il devait y avoir une autre explication. Alors que c'était elle qui avait fouillé dans son téléphone... Avait-il fait des recherches dans la vie d'Elena? Ou lui mentait-il pour une quelconque blague ou quoi que ce soit?

-"Je... hum, c'était dans mon programme d'étude. Je ne savais même pas que tu allais y être. Sinon je ne sais pas si j'y serais allée."


Remettant une mèche derrière son oreille, la jeune femme après s'être approchée du canapé attrapa le tube d'arnica. Retournant vers lui, elle croisa les bras. Oui, Elena s'était sentie soudainement trop vulnérable. Trop proche de Théodore. C'était à son tour de mettre de la distance. De jouer de nouveau le numéro qu'elle joue depuis toute sa vie.

-"Ça doit bien faire une heure. Passage de la crème et j'y vais."

En réalité, ça ne faisait que 48 minutes qu'ils discutaient, mais c'était du pareil au même. Reprenant doucement la main qu'elle avait à peine quitter, malgré son envie de fuir cette situation, elle ne fit preuve d'aucune brusquerie et rapidité, ne voulant pas le blesser. L'avait-elle pourtant déjà fait?



_________________
Souvent je mens pour faire croire à mon dedans qu'il vit démesurément et qu'il peut même plaire à plein temps.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : PM J'ai débarqué le : 18/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 861 messages et j'ai un total de : 144 points. J'ai choisi : Leo de VIXX

아이덴 - 모이라 - 제사밸 - 엘아나 - 기아라 - - -
Aiden - Moïra - Jezabel - Elana - Kiara - - -

Coucou moi c'est : Teddy Actuellement, je suis : confus et j'ai une préférence : pour les femmes J'ai trouvé un job, je suis : violoniste.
JOURNAL : https://www.youtube.com/watch?v=55I7BIcysFQ



MessageSujet: Re: Connaissances Culturelles (Elana & Théodore) Lun 19 Mar - 20:32

    Ce n'était pas de la naïveté. Il y avait quelque chose derrière l'apparente personnalité d'Elana. Le peu de temps que Théodore avait passé avec elle l'aidait bien à le voir. Peut être que c'était prétentieux pour lui de penser cela. Mais les moments qu'ils avaient, quand ils n'étaient rien que tous les deux, leur permettaient de se dévoiler plus qu'ils ne le voudraient. Et Théodore arrivait, ou du moins croyait arriver, à lire à travers les mailles du filet. Elana avait des attentions, des questions, des réflexions qui trahissaient quelque chose de plus profond en elle. Ses actions parlaient à sa place. Le fait qu'elle agisse comme si Teddy l'avait oubliée, qu'elle vienne rapporter de l'arnica devant sa porte, qu'elle vole son téléphone et le pense assez simplet pour ne pas le remarquer. Très lentement et subtilement, le vrai caractère d'Elana se dessinait, et sa personnalité à plusieurs niveaux ne faisait qu'attirer Teddy encore plus. Il sentait une étrange connexion, comme si il y avait une raison pour laquelle il se croyait capable de la lire. Mais il était bien loin de s'apercevoir de quoi il s'agissait. Leurs caractères opposés l'empêchait de croire que leurs âmes pouvaient se ressembler.
    Déprimant, ennuyeux, triste et suicidaire. Effectivement. Théodore avait bien déduit qu'Elana pensait tout ça de lui, mais il y avait quand même une tristesse supplémentaire à l'entendre aussi directement et de vive voix. Alors c'était vraiment ça l'image qu'il renvoyait? Il donnait l'impression de vouloir mettre fin à ses jours, à n'importe quel moment de la journée? Théodore n'était pas réellement heureux, le vide de sa vie lui empêchant de pouvoir faire cette affirmation, mais il n'était pas malheureux. Sa vie lui plaisait quand même, malgré les problèmes qu'il y avait encore. Il ne voulait pas se plaindre. Mais peut être que la blonde l'avait compris. Après tout, elle venait de sous entendre qu'elle n'avait plus cette vision là de lui. Mais elle devait encore être loin de penser des choses un peu meilleures. Théodore s'était réinstallé dans son fauteuil après avoir retiré sa main du genou de la blonde.
    Il avait ensuite répondu à sa dernière question, avec simplicité, mais honnêteté, sans se douter une seule seconde qu'elle rappelerait de mauvais souvenirs à son interlocutrice. Après tout, c'était sa propre histoire que Teddy racontait. Comment ses parents avaient toujours décidé de tout pour lui, et ne lui avaient jamais laissé de choix. Ils avaient choisi le violon, ils avaient choisi l'athlétisme. Ils lui avaient fait rencontrer des filles qu'ils trouvaient acceptables. Ils lui avaient mis la pression pour qu'il ait du succès et qu'il puisse apporter de l'argent et de la notoriété à leur famille. Et ils avaient même peut être influencé la décision qu'il se fasse sortir du fameux groupe dans lequel il devait faire partie. Théodore ne leur en voulait pas, et il n'était pas forcément mécontent de certains choix, mais il était venu ici pour fuir tout ça. Il était venu ici pour la liberté, et enfin essayer de vivre ce qu'il avait envie de vivre. Il ne s'en rendait pas compte, mais cette vie de fils unique destinée à satisfaire la famille avait été une vraie pression psychologique, dont les cicatrices étaient encore bien présentes aujourd'hui, même après trois ans de vie aux Etats-Unis.
    Cela aurait été avec difficulté qu'il aurait répondu à la question suivante d'Elana, elle avait hésité pendant quelques secondes à ajouter quelque chose, mais elle s'était retractée. Tant mieux. Bien loin d'imaginer les propres ressentis de la blonde, il avait cru qu'elle allait approfondir cette discussion. Mais il était soulagé du contraire, et se permit avec de simples mots de clore la discussion. C'était bien trop intime, et trop lourd de conséquence pour en parler comme ça, ici, avec une fille qui l'avait pensé suicidaire. Non, à la place il avait préféré demandé pourquoi elle était allée voir sa représentation. C'était une vraie question, et cela le titillait depuis le début. C'était tellement incongru, mais pourtant semblait avoir pu être planifié à l'avance. Teddy aurait aimé qu'elle l'ait planifié à l'avance. La réponse lui fit bien plus de peine que prévu. Ce n'était pas qu'elle ignore qu'il travaillait là, il ne lui avait jamais dit après tout, mais c'était qu'elle lui dise qu'elle ne serait peut être pas venue si elle l'avait su. Il aurait compris qu'elle lui avoue cela juste après le concert. Mais là, après la brève, mais douce entrevue qu'ils venaient de passer... Etait-elle encore aussi réticente à découvrir son univers? Que pouvait-il faire de plus? Les yeux rivés sur cette mèche de cheveux qu'elle ne cessait de replacer derrière son oreille, Teddy soupira de lassitude et détourna le regard. Il la laissa se lever sans rien dire.
    Autant qu'il avait clos la discussion précédente avec le simple emploi d'une autre question, Elana terminait leur soirée de son attitude tout aussi ferme. "Très bien. C'est vrai que tu n'avais promis qu'une heure." Il répondit simplement, sans émotion. Instantanément, il s'était refermé. Il lui avait partagé des émotions, et elle avait dû en voir assez. Il n'avait pas compté les minutes, et avait secrètement espéré qu'elle reste plus longtemps, mais il ne voulait pas la retenir. Plus maintenant. Il avait assez compris qu'elle n'était pas réceptive. "Merci d'avoir pris soin de moi de ma main." Il ajouta vaguement en tendant sa main vers elle, lui donnant assez d'espace pour qu'elle puisse le masser sans être trop proche de lui, comme elle avait l'air de vouloir s'éloigner. Elle n'avait pas pris soin de lui dans le sens qu'il l'entendait, elle n'avait pris soin que de sa main, c'était bien pour ça qu'encore une fois il ressentait un peu de tristesse en la sachant partir.
    "N'oublie pas de reprendre ton pantalon." Il finit par dire, n'espérant pas la retenir, mais simplement à titre d'information. Le fameux jeans était toujours pendu sur le dos d'une des chaises. "Comme ça, on pourra reprendre comme c'était avant." Il avait dit, pensant satisfaire la blonde. Il n'y aurait plus rien qui les retiendrait. Certes, Elana avait encore son short, mais il avait dit qu'elle pouvait le garder, alors ça ne comptait pas. Pouvaient-ils se reparler une fois le pantalon rendu? C'était une bonne question.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : Jeanne. J'ai débarqué le : 27/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 912 messages et j'ai un total de : 133 points. J'ai choisi : Lili Reinhart comme célébrité et je dois mon avatar à : Google la base rpz. J’interprète également : Swann la douce



Venez me demander des liens ici!

Coucou moi c'est : Elana. Actuellement, je suis : célibataire. et j'ai une préférence : bisexuelle. Je suis étudiant(e) et je me suis orienté(e) vers : le journalisme. J'ai trouvé un job, je suis : photographe dans de petites agences.
JOURNAL :



MessageSujet: Re: Connaissances Culturelles (Elana & Théodore) Mar 20 Mar - 14:42

Kang
Théodore

Lewis
Elana

「Connaissances Culturelles」

Putain, elle voyait bien à sa tronche de cocker qu’elle l’avait encore blessé. Elana ne le faisait pourtant pas exprès, ne faisant juste pas assez attention à ce que ces mots pouvaient causer chez les autres. Parfois, elle avait l’impression que c’était son égo qui venait lui boucher les oreilles, fermer ses yeux et lui souffler simplement quoi faire. Le pire était sans doute d’en avoir conscience! Mais dans une situation comme celle ci, la terrifiante sensation de perdre le contrôle, de se livrer sans retenue et de voir son propre passé les rattraper tous les deux, comment ne pas privilégier sa propre sécurité et fuir cette intimidante proximité?

- "Très bien. C'est vrai que tu n'avais promis qu'une heure."

La façon dont il le disait pouvait faire croire qu’elle sacrifiait son temps, et honorait Théodore de sa présence. Certes, c'était une invitée de qualité, mais ce n’était pas sur ce genre de vision qu’elle voulait que cette soirée se termine. Au fond, elle avait été heureuse qu’il l’invite à entrer, comme si peut-être il y avait quelque chose de plus qu’un agacement mutuel. Un attachement mutuel? Pourquoi tout restait si flou et confus entre eux. Etait-ce de sa faute? Non. Sans doute pas. Ce n’était jamais de sa faute n’est ce pas?  

- "Merci d'avoir pris soin de moi de ma main."

Toujours ce ton froid qui était encore plus expressif que celui de la peine. C’était plus violent, plus perturbant et blessant. Elana qui faisait des montagnes russes relationnelles, passant de la mystérieuse voisine, à la drôle d’alcoolique, puis de la stalkeuse de concerts à une personne douée d’écoute et de compréhension, il semblait dans sa voix la faire redevenir ce qu’elle était au fond: sa voisine. Et ça ne lui plaisait pas, pas du tout. Comme quand il lui avait dit de l’appeler Théodore. Pourtant, elle n'ajouta rien, se contenta de s’occuper de sa main. Que pouvait-elle dire de plus, alors que son seul souhait était de partir, se mettre en pyjama et pleurer devant n’importe quel film triste? Oui, elle était plutôt dans ce genre d’ambiance maintenant, rien qu’à l’évocation de ses parents, ceux pour qui elle ne serait jamais assez en étant simplement elle même.

- "N'oublie pas de reprendre ton pantalon Comme ça, on pourra reprendre comme c'était avant."

Voilà qui était plus… inattendu. Alors c’était vraiment ça, parce qu’elle ne se pliait pas à ses exigences, n’était pas capable d’avoir tous les types de discussions et le rejette de façon quelque peu abrupte, ce serait tout? Bon, la liste des raisons étaient assez longue et logique, pouvant donc justifier son attitude. Mais la blonde ne comptait pas laisser les choses se terminer comme ça. Non, elle n’était pas allée le voir à la fin de son concert juste pour récupérer son pantalon. Elle n’était pas revenu ici pour en ressortir aussi désagréable à ses yeux. Oui, Elana l’avait décidé, elle ne serait pas n’importe quelle voisine, comme lui ne serait pas n’importe quel voisin. Son avis à lui? Ne parlons pas de ce qui est secondaire voulez vous…

-”Désolée, mais ce n’est pas dans mes plans.”

Se dirigeant tout de même vers ce bout de fringue qui était devenu plus que ça, sa main l’attrapa à la volée.

-”Il n’y a pas d’avant, ni d’après. Juste du maintenant. Alors arrête de faire ton Caliméro, je ne pars pas pour toujours. J’habite à l’étage d’en dessous au cas où tu l’aurais oublié. Et tu devrais arrêter d’essayer d’analyser mes mots et mon attitude. N’est ce pas toi qui l’a dit? Je suis bien plus que ça..”

Un léger sourire était revenu sur ses lèvres.

-”Et tu es aussi plus que ça.. Teddy. Alors à la prochaine.”

Oui, elle était convaincue que ce jean n’était pas la seule chose à les lier, et à les réunir. Tout ça n’était que le début de l’histoire, qu’elle finisse bien, ou mal. Pas de câlin d’au revoir pour cette fois, et ses mauvaises habitudes revenues, elle retourna chez elle sans écouter une potentielle réponse de sa part. Et si le fait de ne plus rien avoir à lui rendre le laissait croire que c’était la fin, n’avait-elle pas laissé avec lui pour qu’il se soigne, un petit tube d’arnica? Leurs rencontres ne semblaient être que des éternels recommencements… La boucle est bouclé. Mais pour le moment, elle devait oublier devant Greys Anatomy, avec quelconque paquet de bonbons qui lui passerait sous la main.. jusqu’à la prochaine fois.



_________________
Souvent je mens pour faire croire à mon dedans qu'il vit démesurément et qu'il peut même plaire à plein temps.
Revenir en haut Aller en bas
BLOODY MARY

avatar


Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle : PM J'ai débarqué le : 18/02/2018 sur California Dream. J'ai posté : 861 messages et j'ai un total de : 144 points. J'ai choisi : Leo de VIXX

아이덴 - 모이라 - 제사밸 - 엘아나 - 기아라 - - -
Aiden - Moïra - Jezabel - Elana - Kiara - - -

Coucou moi c'est : Teddy Actuellement, je suis : confus et j'ai une préférence : pour les femmes J'ai trouvé un job, je suis : violoniste.
JOURNAL : https://www.youtube.com/watch?v=55I7BIcysFQ



MessageSujet: Re: Connaissances Culturelles (Elana & Théodore) Mar 20 Mar - 22:45

    Parler de ses souffrances aussi ouvertement n'était pas facile. Même si Théodore avait été bref, il en avait été sincère. Son sentiment de vide, les cicatrices forgées par la pression que ses parents avaient placée sur lui... Théodore n'en parlait que rarement. Les personnes qui comprenaient vivaient trop loin de lui. Et la personne proche de lui ne comprenait pas vraiment. Kiara. Teddy avait déjà abordé le sujet plusieurs fois, mais s'était empêché à tout détails. Il n'osait pas vraiment. Il ne pouvait pas montrer son coeur meurtri à sa meilleure amie, il ne voulait pas lui faire peur, la décourager, l'éloigner de lui. Peut être que c'était un signe que cela ne marcherait jamais entre lui et elle. Mais là, Teddy avait fait l'effort. Il voulait se confier à Elena. Quelque chose en lui l'avait influencé. Comme si une main l'avait poussé à lui dire. Se confier à cette femme, presque inconnue, pour essayer de forger quelque chose. C'était lui donner une chance de le comprendre. Leur donner une chance de se comprendre.
    Et si Elana avait compris, cela ne se voyait pas tout de suite. Elle avait clos la décision, de manière plutôt abrupte. Lui avait-il fait peur? L'avait-il énervée? Théodore ne savait pas vraiment. Il n'en était pas vexé, plutôt blessé qu'après cette tentative, elle était toujours aussi réticente à s'approcher de lui. Ou alors qu'elle se le refuse. N'avait-elle pas été touchée par cette tristesse qu'il avait transféré dans sa mélodie. Ne semblait-elle pas intriguée par les sentiments qu'il venait de partager? Plongé dans ses interrogations, Teddy se laissa tranquillement masser la main. Même ce contact, déjà réalisé auparavant, ne semblait pas étranger, mais pourtant tellement distant.
    Par grande surprise, pendant qu'il la regardait avec tristesse de ces adieux reprendre son pantalon, sans pour autant montrer l'émotion le traverser, Elana décida de prendre ses pensées au dépourvu. Elle parlait encore de façon pseudo-méchante, à le traiter de caliméro, à rayer ce qu'il venait de dire. Mais les arrières pensées étaient bien différentes. Il semblerait, pour une fois, qu'elle l'avait compris. Il ne voulait pas que leurs entrevues s'arrêtent aussitôt. S'il l'avait dit, c'était parce qu'il avait cru qu'elle ne voudrait plus le revoir. Mais c'était faux. Elle était beaucoup plus qu'une simple voisine à ses yeux, et elle semblait l'avoir compris. Pour lui, comme pour elle, cette soirée marquait le début de quelque chose. Ils allaient avoir une relation tumultueuse, beaucoup de disputes, il le sentait, mais c'était la reconnaissance d'une connexion, bien plus profonde qu'ils ne le réalisaient encore, qui naissait ce soir là.
    Un sourire apparut sur le visage de Teddy, à la mention de son surnom, un vrai sourire, sans arrières-pensées, sans retenue. Il n'avait pas eu besoin de lui dire qu'elle pouvait de nouveau utiliser cette abbréviation, elle l'avait bien compris, ils se connaissaient. Aucun d'entre eux ne joueraient à prétendre le contraire. "A la prochaine." Il lui lança pendant qu'elle partait, absolument pas vexé qu'elle s'en aille encore une fois sans qu'il ne puisse parler. Et une fois que la porte se ferma derrière elle, les yeux du brun se portant sur le flacon de crème qu'elle avait laissé traîner sur la table, son sourire ne le quitta pas de la soirée.
    La vie était définitivement pleine de surprise, et le musicien ne manquerait pas de retranscrire cette observation parmi les dizaines de notes qui stagnaient dans son téléphone.

_________________
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Connaissances Culturelles (Elana & Théodore)

Revenir en haut Aller en bas

Connaissances Culturelles (Elana & Théodore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
California DREAM♥ :: Bye Bye :: Corbeille :: Closed topics :: 2018 :: Topics-